Comprendre la marche pour la révolution fiscale

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a bien longtemps que je n’ai pas écrit sur ce blog. Cinq mois, pour être tout à fait exact. Manque de temps. Chose cocasse : la dernière fois que je l’ai fait, j’ai utilisé l’expression  « révolution fiscale »… pour dire qu’elle n’avait pas eu lieu, et présenter quelques réformes qui permettraient une meilleure répartition des richesses. Au moins puis-je donc feindre qu’il y a, entre ce nouvel article et celui qui le précède de cinq mois, l’apparence de la continuité.

Quoi qu’il en soit, je voudrais ici parler du 1er décembre. Ou, plus exactement, de tout ce qui s’est passé autour de nous avant, pendant et après cette date. Maintenant que nous commençons à avoir quelques semaines de recul, nous pouvons apprécier l’événement dans son entièreté. Et s’apercevoir combien nous faisons peur à la bonne société, ce qui est toujours un signe encourageant.

Comme je vais parler de beaucoup de choses, et comme je sais qu’il n’est jamais plaisant de lire des articles qui s’étalent sur des centaines et des centaines de lignes, je présente ci-dessous un petit plan de cet article. Chacun pourra ainsi aller picorer où il veut. Je présente donc mes excuses à ceux qui liront in extenso mais, après avoir longtemps hésité à présenter cet article en plusieurs morceaux, je m’y suis refusé, pensant que c’était dans la cohérence globale du 1er décembre que l’on pouvait en tirer une évaluation réellement pertinente. Allez, c’est parti !

 

1)   Avant la marche : démoraliser les troupes.

Comme toujours lorsque nous préparons un événement dont chacun sait qu’il aura une grande ampleur médiatique, nous avons eu droit au concert des grandes questions qui n’intéressent personne et qui servent avant tout à éviter de parler du motif de la mobilisation : « A partir de combien considérerez-vous que c’est un succès ? », « Vous avez eu des mots durs avec les bonnets rouges, vous pensez qu’il viendront ? », « En ce moment, Marine Le Pen mobilise plus que vous, non ? », « Mais, Monsieur Mélenchon, comment expliquez-vous que vous ne tiriez pas plus profit de la chute de François Hollande dans l’opinion publique ? », « Est-ce que ça ne vient pas de votre style trop agressif ? ». Blablabla : toujours la même rengaine, toujours les mêmes questions. Tout cela permet de manger du temps d’antenne et d’éviter de demander pourquoi nous appelons à une marche.

Le clou du spectacle pré-marche est venu d’i>Télé (on va beaucoup parler d’eux) et de BVA, avec la publication d’un sondage le 30 novembre, veille de la marche. Il s’agit de questions très personnalisantes, centrées sur Jean-Luc Mélenchon. A quelques jours de la marche (le sondage est réalisé les 28 et 29 novembre), il est évident qu’il n’était pas pertinent de poser de question comme : « Jean-Luc Mélenchon appelle à une marche pour la révolution fiscale et contre la hausse de la TVA. Que pensez-vous de ces mots d’ordre ? ».

Dans un sondage, tout est affaire de présentation des résultats. BVA a adopté un très sobre : « Mélenchon : trop, c’est trop ! », alors que tous les médias qui ont pris le relai ont plutôt favorisé le titre suivant : « Mélenchon, un handicap pour la gauche ». Ben oui, réfléchissez deux minutes… le titre de l’article de BVA pouvait laisser penser que Jean-Luc Mélenchon portait à bout de bras un mouvement de contestation populaire : « Trop, c’est trop ! Tous avec Mélenchon contre la hausse de la TVA ! ». Ce n’était pas assez clair, pas assez démobilisateur. Alors que le « handicap pour la gauche », là, par contre, il y a de quoi faire rester chez lui plus d’un socialiste flou et mou. Et le titre a été repris en boucle par tout le monde. Vraiment tout le monde.

Mélenchon handicap

Dans le détail de la présentation du sondage, ça n’est pas mieux. 61% des sondés estiment que Jean-Luc Mélenchon a « tort d’employer des formules trop dures, car cela empêche d’écouter le fond de son propos ». On oublie de dire, en revanche, que 36% pensent qu’ « il a raison d’employer des formules marquantes, car c’est le seul moyen d’être écouté sur le fond de son propos ». 36%, c’est beaucoup ! C’est trois fois plus que son score à la présidentielle. Je passe évidemment sur la question biaisée où l’on parle d’un côté de « formules trop dures » et, de l’autre, de « formules marquantes ». Tout cela est évidemment scientifique et objectif.

Autre point mis en avant, je l’ai dit : Jean-Luc Mélenchon serait un « handicap pour la gauche ». Alors, évidemment, on demande ça à des gens de droite qui se disent que, sans Mélenchon, Hollande n’aurait jamais fait la taxe à 75% qui fait fuir tous les gentils patrons à l’étranger (où il n’y a pas de vilains bolchéviques qui leur prennent tout l’argent qu’ils ont difficilement gagné) ; on demande ça aussi à des socialistes, qui en ont par-dessus la tête qu’on leur répète en permanence qu’ils mentent. Evidemment, si par « la gauche » on entend « le PS », on est un sacré handicap vu qu’on va leur passer devant ! Au final, dans ce sondage, Jean-Luc Mélenchon est réduit à être un atout « pour l’extrême gauche », c’est à dire « son propre camp ». Ben voyons.

Avant que la marche ne soit partie, tout est donc calé : si on n’est pas au moins 500 000, ça sera un échec retentissant ; si on y va, c’est parce qu’on souhaite « l’échec de la gauche » ; de toute façon, c’est Marine Le Pen qui a le vent en poupe ; Mélenchon, c’est l’extrême gauche, et les extrêmes c’est dangereux ; il fait froid en décembre ; de toute façon y’aura personne ; et puis Hollande, au fond, il fait ce qu’il peut, il a l’air gentil et il fait des bonnes blagues à la télé. Bref : la routine. Et comme à chaque fois, tout le monde a été ébahi par notre nombre. Nous y compris.

 

2)   Après la marche, démoraliser les troupes.

Alors que la préfecture de police avait annoncé qu’elle ne donnerait pas de chiffres de la marche, étant donné qu’il s’agissait d’une manifestation politique, elle a rompu cet engagement, comme elle l’avait déjà fait le 5 mai à l’occasion de la marche pour la VIe République. Et, comme elle l’avait fait le 5 mai, elle a donné des chiffres tout à fait farfelus. Sur Twitter, c’est Sophie de Ravinel, journaliste au Figaro, qui a le mieux résumé la situation :

De fait, après que Jean-Luc Mélenchon a annoncé sur son compte Twitter le chiffre de 100 000 participants, la préfecture de police a annoncé de son côté la participation de 7 000 personnes. Tous ceux qui étaient venus grossir les rangs du cortège ont été ébahis. 7 000 ? Alors qu’on voyait du rouge à perte de vue ? Non. Impossible.

Pour Manuel Valls, annoncer un chiffre aussi ridicule a plusieurs avantages :

–       Premièrement, il peut démoraliser ceux qui sont restés chez eux, qui n’ont pas pu voir de leurs propres yeux la manifestation et qui dépendent donc du truchement des caméras et des appareils photos pour se donner une idée du nombre.

–       Deuxièmement, il sème le doute : qui ment ? Manuel Valls ou Jean-Luc Mélenchon ? Les deux ? Ainsi, certains commencent à s’interroger… et j’en ai même entendu quelques uns, dans notre propre camp, dire : « On aurait dû dire moins ». Ah oui ? Et pourquoi aurait-on dû dire moins si, selon un calcul mathématique, on était entre 80 000 et 120 000, en faisant une simple multiplication de la surface occupée par le nombre estimé de personnes au mètre carré ? Personne n’a dit qu’on aurait dû dire moins avant que la préfecture de police n’annonce le chiffre ridicule de 7 000 participants. Le problème est que certains sont encore tout ébahis lorsqu’une institution de la République leur parle avec sa grosse voix ; ils oublient que les institutions, elles aussi, sont politiques.

–       Troisièmement, et cela découle immédiatement du point précédent : le doute crée un débat (« dubito ergo cogito », comme disait Descartes). Et ce débat superficiel masque le sens de la marche : la lutte pour la Révolution fiscale et contre la hausse de la TVA. Les camarades eux-mêmes s’en donnent à cœur joie (et je sais de quoi je parle puisque, pour notre marche du 5 mai, je m’étais fendu d’un article pour contester les chiffres de Manuel Valls… je n’avais pas saisi alors la vacuité d’un tel débat, et je ne peux donc pas en vouloir à ceux qui font aujourd’hui comme je faisais hier). Pendant ce temps-là, on ne parle pas des 100 euros supplémentaires par Français que représente la hausse de la TVA au 1er janvier 2014.

–       Quatrièmement, ce chiffre misérable de 7 000 manifestants donne une image groupusculaire, destinée à renforcer l’idée que Jean-Luc Mélenchon serait « un homme seul », pour reprendre les mots de Jérôme Cahuzac, ancien ministre du Budget, spécialiste de la (lutte contre la) fraude fiscale et célèbre arroseur arrosé. 7 000, ça donne vraiment l’impression d’un truc tout pourri, genre baroud d’honneur, histoire de dire que, bon, on n’a pas démérité avec nos drapeaux troués. Un peu comme les 300 de Sparte, la légende et la classe en moins.

Voilà à quoi ça sert de dire 7 000 quand les organisateurs disent 100 000 : semer le doute, déplacer le débat, essayer d’affaiblir le mouvement de contestation. Seulement voilà… quand on annonce un chiffre politique, il faut veiller à ce qu’il n’ait pas l’effet inverse de celui escompté ; il faut veiller à ce qu’il ne provoque pas une rancœur tenace en lieu et place d’une démobilisation. Sur ce point, Manuel Valls s’est planté : son chiffre était tellement loin de la réalité constatable sur le terrain qu’il a attisé l’ardeur combattante des camarades. Pour preuve cette vidéo, où l’on sent bien que le chiffre de 7 000 a été perçu comme une violence symbolique.


Avec Valls à Bercy, l’inversion de la courbe des manifestants c’est maintenant ! par Parti de Gauche

 

3)   Les attaques de la droite et des solfériniens

Dans les heures qui ont suivi la marche du 1er décembre, nous avons subi des attaques d’une rare violence de la part de nos adversaires. Il faut dire que le chiffre honteux donné par Manuel Valls était une véritable invitation dans ce sens. Pour faire simple, il nous a été reproché de falsifier le réel, de trafiquer des photos et de manipuler une chaîne de télévision. Rien que ça. Au final, les attaques avaient deux grands objectifs : premièrement, semer le doute sur le nombre (encore) ; deuxièmement, nous faire passer pour des menteurs, et donc des individus en qui l’on ne peut pas avoir confiance d’un point de vue politique. Les attaques et accusations se sont concentrées sur deux documents : une photographie de la marche et un duplex réalisé pour le 13h00 de TF1.

 

a)   Feux rouges et feuilles d’arbres falsifiées ?

Quelques heures après la marche, Jean-Luc Mélenchon a publié sur son compte Twitter une photo d’un boulevard de l’hôpital rouge de monde. Je reproduis ici le tweet concerné, que je trouve particulièrement amusant, le coprésident du Parti de Gauche ayant choisi d’adopter l’humour pour répondre à l’attaque lancée par Manuel Valls sur le nombre.

Quelques minutes après, on a vu fuser de toutes part des accusations de falsification de cette image. Il semblerait que le point de départ de ces accusations soit venu de Fabrice Epleboin, professeur à Sciences-Po Paris, entrepreneur et spécialiste de l’internet. Une dizaine de minutes après le tweet de Jean-Luc Mélenchon, il en publie un, un poil accusateur.

De fait, l’image provoque une impression étrange. La multiplication des feux rouges et des panneaux de signalisation donne l’impression que quelque chose cloche. Un ami webdesigner, rompu à l’utilisation de Photoshop (un logiciel de traitement d’images), m’a lui-même dit qu’il s’était posé la question. Dans ce cas, je ne peux pas en vouloir à Fabrice Epleboin de s’être lui-même interrogé, mais je lui en veux d’avoir parlé un peu vite, du haut de son autorité de spécialiste du web, et d’avoir donné à nos ennemis un bâton pour nous taper dessus. Pour sa défense, peut-être n’imaginait-il pas la promptitude avec laquelle l’argument serait repris par nos adversaires.

D’autres ont également dit qu’en plus des sémaphores trop nombreux, on avait rajouté des feuilles sur les arbres, parce qu’en cette saison, tout le monde sait qu’ils n’en ont plus. Voilà voilà. On n’a que ça à faire, bien sûr. Là encore, Jean-Luc Mélenchon a décidé d’utiliser l’humour, deux jours plus tard, pour répondre à la polémique :

Au final, ceux qui nous avaient accusés de falsifier des images pour donner l’impression que nous étions plus nombreux que nous ne l’étions en réalité ont dû en rabattre : l’image n’était pas de nous. Elle a été prise par… l’AFP ! On imagine que cette agence de presse n’a aucun intérêt, si elle veut conserver sa crédibilité, à falsifier les images d’une manifestation. Le cliché est signé Pierre Andrieu et a été utilisé dans plusieurs articles, par exemple ici ou ici.

Alors, pourquoi cette impression étrange au niveau des sémaphores ? Concernant le fait que les feux soient tous rouges ou presque, il n’y a là pas de grand mystère : à Paris, les sémaphores sont synchronisés pour fluidifier autant que possible la circulation. Par conséquent, quand l’un des feux d’un boulevard change de couleur, on peut s’attendre à ce que tous les autres l’imitent quelques secondes plus tard. Concernant le nombre, en revanche, il y avait là tout de même quelque interrogation, même pour ceux qui connaissent le boulevard de l’hôpital et sa signalisation complexe.

Je ne suis pas un spécialiste de la photographie et j’ai dû faire quelques recherches pour comprendre ce point. En fait, il s’agit d’un effet d’optique dû à l’utilisation d’un téléobjectif, qui écrase les perspectives. Stéphane Burlot, montre très bien cet effet, dû à un simple zoom réalisé sur ordinateur, avec une image publiée sur son compte Twitter. A la vue de cette photo, chacun pourra se demander si nous étions plus proche des 7 000 ou des 100 000. Pour ma part, j’ai mon idée.

b)   Bouygues et Mélenchon : copains comme cochons !

L’autre image qui a fait le tour du net est connue. Il s’agit d’un montage juxtaposant une capture d’écran du 13h00 de TF1 et une image qu’un journaliste a prise depuis son balcon, au moment où Jean-Luc Mélenchon était en duplex avec la chaîne. C’est de ce côté-ci que le déchaînement de nos adversaires a été le plus violent, puisqu’on nous a accusé de « manipuler les médias » et de je ne sais quelles autres idioties. Je reviens donc en détail sur ce qui s’est passé, afin de faire toute la lumière sur cette histoire.

Le 1er décembre à 13h00, Jean-Luc Mélenchon était en duplex avec TF1. 13h00, c’est une demie heure avant l’heure de convocation de la manifestation et c’est une heure avant le départ réel de la marche (on ne commence jamais à l’heure : question de politesse). A cette heure-ci, il n’y a donc pas grand monde place d’Italie (point de rendez-vous de la manifestation) et, d’ailleurs, on le voit bien dans les plans de coupe que TF1 diffuse pendant le duplex de Jean-Luc Mélenchon (voir de 01:02 à 01:37).


J.-L. Mélenchon au « J.T. » de TF1 le 01/12/2013 by Parti de Gauche

Alors qu’est-ce qui a posé problème dans cette vidéo ? En fait, plusieurs choses qui se sont additionnées les unes aux autres.

Il y a d’abord ce plan serré sur Jean-Luc Mélenchon et les militants derrière lui, qui secouent des drapeaux et tiennent une banderole. Le cadrage réalisé par TF1 s’arrête précisément aux « limites » du petit groupe, de manière à saturer le cadre et à produire une belle image ; il a le désavantage de ressembler à un plan qui semble tiré d’une manifestation en cours, effet renforcé par le fait que les militants, en fond, tiennent une banderole. Il y a donc là deux éléments qui tendent à donner l’impression que l’on est au cœur de la manifestation, et qui se renforcent mutuellement : le cadrage de TF1 et la banderole des militants.

Un autre problème (et, à mes yeux, le problème principal) vient du lancement du duplex réalisé par Claire Chazal, qui dit la chose suivante : « Direction maintenant la place d’Italie où va démarrer une manifestation, là aussi contre la fiscalité, organisée par Jean-Luc Mélenchon et le Parti de Gauche. Le cortège doit se rendre au ministère des Finances. Jean-Luc Mélenchon est avec nous, en direct. On aperçoit derrière vous les drapeaux et les gens qui se massent… Merci d’être avec nous, Jean-Luc Mélenchon. » C’est un peu long, mais il faut que tout y soit. La séquence concerne les dix-huit premières secondes de la vidéo que je présente plus haut. J’ai souligné dans cet extrait ce qu’il est important de retenir : premièrement, Claire Chazal indique que la caméra est place d’Italie, ce qui est faux (en fait, c’est un raccourci habituel mais qui a eu ici des conséquences importantes) puisqu’elle est avenue des Gobelins ; deuxièmement, l’expression « va démarrer » donne l’impression d’un départ réellement imminent, ce qui n’est pas le cas (on est une heure avant le début de la manifestation) ; troisièmement, l’expression « les gens qui se massent » tend à renforcer l’idée que la caméra est bien installée au cœur de la manifestation, et qu’il y a déjà beaucoup de monde à cette heure-ci, ce qui n’est pas le cas[1].

Il est important d’avoir tous ces éléments en tête pour comprendre pourquoi l’affaire a ensuite « buzzé » comme elle l’a fait. Il y a d’autres enjeux qui entrent en ligne de compte dans ce « buzz », notamment des enjeux économiques, mais j’y reviendrai un peu plus loin. Concentrons-nous pour l’instant sur les éléments que je signale dans les deux paragraphes précédents.

Par la disposition des militants (ils tiennent une banderole, ils agitent des drapeaux, ils sont groupés les uns à côté des autres), par le cadrage réalisé par TF1 et par le lancement réalisé par Claire Chazal, l’impression est donnée aux téléspectateurs de la chaîne que les images sont tournées au cœur de la manifestation et qu’il y a beaucoup de monde (à aucun moment Claire Chazal ne précise que le rendez-vous est fixé une heure plus tard). Par conséquent, quand le journaliste Stefan de Vries publie sur son compte Twitter une photo de la scène prise depuis un autre angle, il n’a pas forcément tort d’y voir une « mise en scène médiatique » (pour voir ses photographies, il faut cliquer sur ses deux liens).

Le problème est que, si « mise en scène médiatique » il y a, elle est plus du côté de TF1 que du nôtre. Et, d’ailleurs, un journaliste comme Stephan de Vries ne devrait pas s’étonner de l’existence d’une construction de la réalité par les médias. C’est d’ailleurs ce qu’a très bien résumé Christian Salmon dans un tweet.

Je pourrais vous écrire tout un livre sur les médias et la construction du réel parce que le sujet me passionne. D’ailleurs, peut-être que je le ferai un jour. Passons. Ce qui m’intéresse ici, c’est l’emballement qui se produit derrière. Il est à la fois politique et médiatique. Politique, parce nos adversaires vont se servir de l’image avec deux objectifs : premièrement, nous faire passer pour des manipulateurs et des menteurs (c’est la même logique que celle que j’ai évoquée plus haut pour la photographie de l’AFP, et d’ailleurs les deux se renforcent mutuellement) ; deuxièmement, essayer de faire un amalgame entre la marche et le duplex de TF1 (puisque ce duplex donne l’impression d’être tourné en pleine manifestation), de manière à pouvoir ensuite semer le doute sur le nombre de marcheurs. L’emballement est aussi médiatique, puisqu’un certain nombre de journaux en ligne et de médias télévisuels vont évoquer l’élément, comme le Petit Journal, dont on connaît l’appétence pour nos marches. J’y reviendrai.

Au final, les commentateurs politiques et médiatiques sur ce duplex de TF1 auront été assez nombreux. Toutefois, ils oublieront tous ou presque de préciser que c’est le Parti de Gauche lui-même qui a publié en premier une image du duplex de TF1, dans un tweet que je reproduis ci-dessous, quelques minutes avant le début du tournage, et où l’on voit clairement que la rue est vide en dehors de ce petit groupe de militants (à l’évidence venus du Bas-Rhin, comme chacun peut le constater en regardant en bas à droite de la banderole sur la vidéo de TF1).

Alors ? Les journalistes « d’investigation » auraient-ils mal investigué ? Ou bien parler de ce tweet aurait-il foutu en l’air la belle histoire qu’ils avaient réussi à monter ? Il y a peut-être un peu des deux. Mais n’oubliez jamais que dans le système capitaliste, un média doit être rentable. Tous ces gens ont des actionnaires à nourrir. Les belles histoires font vendre du papier et des images. « Mélenchon manipule TF1 »… le titre était beau… pourquoi tout gâcher avec la vérité ?

 

4)   Les médias touchent le fond… sans en parler.

Entre la polémique sur les chiffres (« 7 000 ou 100 000 manifestants ? ») et la polémique sur les images de TF1, les médias ont eu de quoi éviter de parler du fond. A l’issue de la marche, comme toujours, l’essentiel des articles que j’ai pu voir ne tournait pas autour des thèmes que nous avons voulu porter (Révolution fiscale, opposition à la hausse de la TVA au 1er janvier, etc.) mais autour de ces questions fondamentales : « Comment la police compte-t-elle les manifestants ? », « Quelle est la méthode de comptage des organisateurs ? », « Pourquoi un tel écart entre les chiffres ? », « Qui a raison ? », « Mélenchon a-t-il manipulé TF1 ? », etc. Blablabla, toujours la même rengaine. A chaque manifestation c’est pareil… heureusement qu’on profite de l’avant-marche pour parler du fond des problèmes autant qu’on peut, parce qu’après, c’est foutu : les médias se font mousser sur des idioties.

Mais cette fois-ci, ils ont fait bien pire que de ne pas parler du fond : il l’ont touché. Surtout le groupe Canal+, en fait ; cela en trois étapes que je détaille ci-après dans mes points b), c) et d). Toutefois, avant d’entrer dans le vif du sujet, il me faut expliquer ici un élément de contexte économique et médiatique qui permet de saisir pleinement les choses.

 

a)   Avant-propos : la « guerre » TF1-Canal+.

Pour l’immense majorité des Français, il existe deux grandes chaînes d’information en continu : BFM-TV et i>Télé. De fait, il en existe d’autres, mais ces deux-là sont celles qui viennent le plus immédiatement à l’esprit de chacun d’entre nous, tout simplement parce que ce sont les deux seules en accès gratuit sur la TNT. BFM-TV appartient au groupe NextRadioTV, qui détient aussi la radio RMC. La chaîne i>Télé appartient quant à elle au groupe Canal+, qui détient pas moins de sept chaînes sur la TNT ; certaines gratuites (D8, D17, i>Télé), d’autres payantes (Canal+, Canal+ Sport, Canal+ Cinéma, Planète+).

On l’imagine : la guerre fait rage entre BFM-TV et i>Télé pour être la chaîne d’info de référence sur la TNT. Pour l’instant, c’est plutôt BFM-TV qui est en tête de la course, avec une moyenne de part d’audience à 1,8% pour l’année 2012 contre 0,8% pour i>Télé.

Ce qu’on sait moins, c’est qu’il existe une troisième chaîne d’information en continu sur la TNT : LCI. Cette chaîne, qui appartient au groupe TF1, est pour l’instant payante. Sauf que voilà : dans une interview accordée au Figaro le 17 novembre dernier, Nonce Paolini, PDG de TF1, a indiqué son intention de rendre LCI gratuite, si possible au 1er janvier 2015.

Du coup, chez BFM-TV et i>Télé, ils ont un peu les pétoches. BFM un peu moins, puisque, comme je l’ai dit, la chaîne réussit à capter près de 2% de part d’audience, ce qui veut dire qu’elle a réussi à fidéliser un public. Pour i>Télé, les choses sont plus compliquées… cela d’autant plus qu’LCI s’adresse prioritairement aux CSP+ et va donc chasser très directement sur les terres de la chaîne du groupe Canal+, qui vise également ce type de public.

On le voit : entre les groupes qui détiennent les chaînes d’information en continu, il y a donc des enjeux économiques puissants qui entrent en ligne de compte. Dans ce contexte, le groupe Canal+ a particulièrement intérêt à freiner autant que possible l’arrivée d’LCI sur la TNT gratuite. Et le meilleur moyen, pour ce faire, est de tenter de discréditer la chaîne en s’en prenant à « l’objectivité journalistique » ou à « la déontologie » du groupe TF1 tout entier. D’autant plus qu’en faisant cela, ils s’attaquent au journal télévisé le plus regardé de France : le 20h00 de Claire Chazal, qui a établi un nouveau record d’audience le 24 novembre dernier, avec plus de 8,6 millions de téléspectateurs !

D’ailleurs, c’est ce que se plaît à rappeler Nonce Paolini dans l’interview au Figaro que j’ai déjà présentée plus haut : « Nous sommes la seule chaîne à délivrer en prime time entre 6 et 8 millions de téléspectateurs ! » Il y a là une menace claire pour les autres chaînes d’information en continu, qui peut se traduire de la manière suivante : TF1 dispose chaque jour d’une audience pouvant atteindre 8 millions de personnes entre 20h00 et 20h30 et peut à tout moment s’en servir pour parler de la chaîne LCI. Alors, forcément, les autres ont un peu peur de se faire manger. On les comprend.

 

b)   i>Télé se trompe d’images.

Cette petite mise au point effectuée sur les enjeux économiques du passage d’LCI à la TNT gratuite, je reviens au vif de mon sujet : le traitement, par les médias en général et par groupe Canal+ en particulier, de la marche du 1er décembre.

La première étape qui m’intéresse ici est le duplex que Jean-Luc Mélenchon a réalisé avec i>Télé juste après son discours, discours que la chaîne a d’ailleurs retransmis en direct. A cette heure-ci, les polémiques sur les chiffres et sur les images de TF1 n’ont pas encore commencé. Tout ce que l’on sait, c’est qu’il y avait du monde et que la marche était un succès. Et devinez quoi… Jean-Luc Mélenchon est interrogé sur le fond et pas sur des polémiques stériles pour les citoyens. Voyez à quoi ressemble une interview qui porte sur les propositions et sur l’action (bon, je fais comme s’il n’y avait pas de question sur les municipales et comme s’il n’y avait pas la question du genre « mais d’habitude vous faites des discours sans les écrire et là il était écrit, est-ce que ça a une signification particulière que nous, les journalistes, on doit commenter ? ») :


« On ne se laissera pas tondre » by Parti de Gauche

Seulement, voilà, dans cette vidéo, il y a deux grands problèmes : un problème d’images et un problème dans les commentaires du présentateur. Je commence par le second point, qui est coutumier mais qui atteint ici un niveau rarement égalé. Le présentateur ouvre son sujet comme ceci : « L’actualité de ce dimanche, bien sûr, avec cette marche à Paris organisée par le Front de Gauche où les communistes ont défilé aux côtés de ce parti… ». Bon. Là, il y a quelques camarades communistes qui ont dû s’évanouir. Ça fait beaucoup d’erreurs en peu de mots. Premièrement, le Front de Gauche n’est pas un parti mais un groupement de partis ; deuxièmement, le Parti communiste est l’un des membres du Front de Gauche. Par conséquent, le Parti communiste ne défile pas « aux côtés » du Front de Gauche mais, pour ainsi dire, dedans. Le présentateur continue et commet une nouvelle bourde à laquelle nous sommes habitués puisqu’il annonce « le coprésident du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon ». On pourrait penser que sa langue a fourché et qu’il voulait dire « Parti de Gauche », mais il recommence tout à la fin. Le plus marrant, c’est que la personne qui est chargée de mettre les petits bandeaux de présentation, elle, ne se trompe pas, et affiche bien à l’écran « Jean-Luc Mélenchon, Co-président du Parti de Gauche ». Bref, du grand n’importe quoi en direct, et tout le monde s’en fout : ça passe comme une lettre à la poste.

Mais il y a plus grave. Pendant tout le lancement du sujet, c’est à dire les vingt-cinq premières secondes de la vidéo que j’ai présentée plus haut, les images utilisées pour illustrer le propos du présentateur ne sont pas celles de la marche pour la Révolution fiscale mais celles… de la marche contre le racisme, qui avait eu lieu la veille et qui était plus clairsemée. Les images diffusées donnent donc l’impression que la marche pour la Révolution fiscale n’a pas attiré grand monde.

Et dans le plus grave, il y a encore pire, comme l’a parfaitement relevé le journal Politis. Au moment où le présentateur annonce que Jean-Luc Mélenchon est en direct juste après « sa descente de la scène », les images diffusées à l’écran (qui sont toujours celles de la marche contre le racisme) présentent une scène depuis laquelle un homme se fait pousser. Autrement dit, pour celles et ceux qui regardent ces images d’i>Télé, l’impression est donnée qu’il y a eu des échauffourées pendant la marche pour la Révolution fiscale, ce qui n’était absolument pas le cas.

On le voit ici : les erreurs commises par le présentateur et par le ou les réalisateurs sont multiples. Pourtant, personne ne s’est indigné de cette « manipulation » honteuse d’i>Télé. On est en droit de se demander pourquoi, alors qu’Olivier Schrameck, patron (solférinien) du CSA, a immédiatement décidé de s’auto-saisir dans « l’affaire » TF1. De fait, il y a là une inquiétante différence de traitement, alors que les bourdes commises par i>Télé sont autrement plus condamnables que le duplex réalisé par TF1.

 

c)    Le Petit Journal polémique sur TF1.

Le lendemain de la marche, le Petit Journal de Canal+ ouvre son édition sur ces mots : « Salut à tous, vous regardez le Petit Journal, nous sommes le lundi 2 décembre. Aujourd’hui on fait de la magie avec TF1 et Jean-Luc Mélenchon. » Le « reportage » qui suit est très intéressant car il est typique de ce que le Petit Journal peut faire de pire lorsqu’il construit un récit tout en donnant l’apparence d’une « objectivité journalistique ». Voici ce qui a été diffusé sur Canal+ le 2 décembre.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Pour comprendre ce qui se passe ici, il est très important d’avoir deux choses en tête. D’abord, il y a tout ce que j’ai dit dans mon a) sur la « guerre économique » entre le groupe TF1 et le groupe Canal+ ; ensuite, il faut savoir que Jean-Luc Mélenchon, qui considère (à mon avis à juste titre) que le Petit Journal relève du divertissement et pas de l’information, refuse de mettre les pieds sur le plateau de cette émission. Or, comme chacun sait, Mélenchon est « un bon client » pour les médias ; c’est à dire que partout où il va, l’audience monte en flèche – comme par magie.

Donc, Yann Barthès présente un « reportage » qui concerne à la fois une chaîne de télévision concurrente et une personnalité politique qui tourne régulièrement en ridicule le Petit Journal. Il faut bien garder cela en tête pour comprendre ce qui se passe dans cette séquence de l’émission, séquence que je voudrais maintenant déconstruire pour en faire l’analyse.

Le « reportage » du Petit Journal s’ouvre sur la phrase de Claire Chazal que j’ai déjà signalée plus haut comme étant le cœur réel du problème : « Jean-Luc Mélenchon est avec nous, en direct. On aperçoit derrière vous les drapeaux et les gens qui se massent » (00:00-00:11).

Juste après la diffusion de cet extrait, Yann Barthès en rajoute, insistant sur certaines expressions qui renforcent l’effet de nombre : « foule de manifestants », « banderoles et drapeaux » (ici, il fait même la liaison pour mettre au pluriel le mot « banderole » alors que l’on voit clairement à l’image qu’il n’y en a qu’une), « foule qui se masse » (00:11-00:22).

Dans la séquence qui suit, Yann Barthès introduit la photographie que Stefan de Vries a publiée sur son compte Twitter. L’homme est présenté comme « un habitant du quartier », la photo est présentée comme une « photo coulisses » : tout est fait pour donner l’impression de quelque chose d’intime, d’un petit secret bien gardé qu’on va donner à voir au grand jour. J’ajoute que Yann Barthès clôt cette séquence en disant : « Attention : magie ! ». La chose est donc rapportée à un tour de passe-passe dont on va révéler les « coulisses », les secrets, le mode de fonctionnement (00:22-00:30).

La photographie ayant été introduite, Yann Barthès la décrit. Le petit groupe de militants est présenté comme « un tout petit carré magique un peu décevant par rapport à ce qu’on a vu sur TF1 ». C’est vrai qu’on est loin de la « foule de manifestants » que vient juste d’annoncer Yann Barthès. Juste après est présentée une image juxtaposant la photographie de Stefan de Vries et le duplex de TF1 ; c’est une image de ce type qui a été diffusée par nos opposants politiques sur les réseaux sociaux. Yann Barthès indique alors qu’on appelle cela « un effet d’optique » alors qu’il s’agit d’un effet de cadrage, ce qui renforce l’idée d’un « tour de magie », l’illusion d’optique étant de fait l’un des ressorts les plus couramment utilisés par les prestidigitateurs (00:30-00:45).

La séquence suivante est très pernicieuse, puisque Yann Barthès y fait un amalgame insidieux entre le nombre de personnes présentes pour ce duplex et le nombre de personnes ayant marché pour la Révolution fiscale : « Ils seraient donc 3 000 selon TF1, une quarantaine selon la réalité ». Juste après, l’image du duplex est diffusée de nouveau pour valider la phrase qui vient d’être prononcée, et les personnes présentes sont comptées une à une : trente à quarante personnes environ (00:45-00:59).

La longue séquence qui suit est, à mon sens, la plus intéressante à analyser. Yann Barthès la lance de la manière suivante : « Attention, exclu ! Toc, toc, toc, toc, toc, toc, toc, toc… ». La caméra montre ensuite une porte close que Stefan de Vries ouvre, nous invitant à entrer dans son appartement en disant « Suivez-moi ». Toutes ces images et toutes celles qui suivent sont tournées, c’est là que ça devient passionnant, en caméra subjective, c’est à dire que la caméra est sujet de l’action et que nous voyons ce qui se passe « comme si nous y étions ». De fait, Yann Barthès a frappé à la porte, la porte s’est ouverte, Stefan de Vries s’est présenté en nous regardant droit dans les yeux, il nous a invités à entrer chez lui, il nous a montré où il a pris sa photo, sur quoi donne son balcon, comment ça s’est passé dans sa tête, tout cela en fixant l’objectif. La caméra est sujet de l’action, nous sommes collectivement sujets de l’action, je suis personnellement inclus dans le dispositif : c’est à moi qu’on parle, je suis la caméra. Evidemment, le « Attention, exclu ! » de Yann Barthès renforce l’effet de proximité (on va me montrer un secret) et semble à lui seul justifier l’idée qu’il y aurait là un journalisme d’investigation (00:59-01:35).

La séquence suivante est particulièrement problématique. Elle est en fait introduite par Stefan de Vries lui-même : « J’ai allumé ma télé et là je suis tombé sur TF1 ». Les images de TF1 sont ensuite diffusées, évidemment au moment précis où Claire Chazal dit son fameux : « On aperçoit derrière vous les drapeaux et les gens qui se massent », ce qui permet d’en remettre une couche sur le thème « on dirait qu’il y a du monde mais en fait non ». D’un seul coup, nous devenons donc Stefan de Vries, allumant sa télévision et tombant sur TF1. Le dispositif est efficace : nous ne pouvons pas ne pas être de son avis. Il est devenu un pote qui nous invite chez lui et nous, nous sommes devenus lui (01:35-01:40).

Juste après, Stefan de Vries est replacé dans une posture journalistique : il parle toujours à la caméra mais le fait cette fois-ci avec un micro du Petit Journal, ce qui rompt la logique de proximité mise en place jusqu’alors. D’un seul coup, notre pote Stefan se transforme en journaliste d’investigation, en duplex depuis le balcon d’où a été prise la « photo coulisse ». Le reporter est sur le lieu de l’action. Des images de TF1 sont intercalées pour venir en soutien de son propos (01:40-01:50).

S’ensuit une séquence un peu inutile, qui vise juste à montrer que Stefan de Vries habite bien juste au-dessus du lieu du duplex de TF1, au cas où on douterait de la sincérité du Petit Journal. Notons quand même qu’on repasse dans un dispositif de caméra subjective, où quelqu’un (peut-être le cameraman lui-même) tend une photo devant l’objectif. Hop, c’est comme si c’était moi qui tendais mon bras devant moi. Je suis à nouveau la caméra (01:50-01:56).

L’instant d’après, Yann Barthès « résume » la situation à sa sauce : « C’est donc le Front de Gauche qui a mis en place la mise en scène, TF1 qui a fait le cadre, car c’est pas Mélenchon qui est derrière sa caméra. Les deux réunis font de la magie ». La phrase est intéressante car elle met clairement en évidence la volonté de Canal+ de taper sur TF1. Yann Barthès est même contraint de « défendre » Jean-Luc Mélenchon, qui n’a évidemment pas réalisé le cadrage.  L’objectif est de donner l’impression d’une collusion entre TF1 et le coprésident du Parti de Gauche (« Les deux réunis »), ce qui est une aberration au regard du temps d’antenne qui nous est accordé par la chaîne et de l’antagonisme évident qui existe entre Martin Bouygues et Jean-Luc Mélenchon (01:56-02:06).

La dernière séquence (02:06-02:51) est un sketch destiné à en rajouter sur l’aspect « magie », « effet d’optique », etc. Je n’entre pas dans le détail, chacun pourra regarder, mais je signale simplement ici deux éléments :

–       TF1 est tourné en ridicule avant Jean-Luc Mélenchon : on voit apparaître à l’écran « Mise en scène TF1 » puis « Avec Jean-Luc Mélenchon ». La chaîne TF1 est donc présentée comme la responsable de la situation (le metteur en scène est celui qui dirige) et Jean-Luc Mélenchon comme un acteur ou un figurant.

–       Un amalgame est à nouveau fait entre le duplex de TF1 et les chiffres de la manifestation : « Aujourd’hui nous allons créer l’illusion d’une manifestation de 100 000 personnes ». C’est l’argument fallacieux qui a été utilisé par nos adversaires pour mettre en doute le succès de notre marche pour la Révolution fiscale.

En décryptant cet extrait du Petit Journal séquence par séquence, on voit nettement apparaître un récit construit que l’on pourrait résumer de la manière suivante : 1) insistance (lourde) sur la « foule », « les gens qui se massent », etc., 2) présentation de la « photo coulisse » qui rompt avec l’impression de foule du duplex, 3) interview intimiste du journaliste qui a pris la photo, 4) mise en évidence d’une collusion supposée entre TF1 et Jean-Luc Mélenchon, 5) sketch de ridiculisation de TF1 et de Jean-Luc Mélenchon. Comme j’ai essayé de le montrer plus haut, ce récit est clairement orienté. Sous l’apparence de l’objectivité et de la rigueur journalistique, Yann Barthès essaie de faire passer trois grands messages : 1) Jean-Luc Mélenchon est un manipulateur, 2) TF1 n’a aucune rigueur journalistique, 3) Il existe une collusion entre Mélenchon et TF1.

Seulement voilà : ce « reportage » du Petit Journal souffre de nombreux manques. Il suffit de les énoncer pour montrer combien le récit qui est construit est orienté. Par exemple, la parole est uniquement donnée à Stefan de Vries, qui a pris la photographie. Pourquoi n’avoir pas interrogé quelqu’un du Front de Gauche ou de TF1 pour avoir un contrepoint ? Mieux : puisque l’on voit clairement à l’écran qu’il est écrit « Bas-Rhin » sur la banderole, pourquoi n’avoir pas essayé de contacter quelques uns des militants qui la tenaient pour leur demander leur version des faits ? Là, ça aurait eu de la gueule niveau journalisme d’investigation ! Autre question : pourquoi n’avoir pas parlé du fait que c’est en réalité le Parti de Gauche qui a diffusé en premier une photo de la scène, avant même que le duplex de TF1 n’ait commencé ? Si volonté de tromperie il y avait eu de la part de Jean-Luc Mélenchon, il est évident que jamais n’aurait été tweetée une photo qui éventait la mise en scène !

Je signale une dernière chose. Si le « reportage » vise clairement Jean-Luc Mélenchon (parce qu’il est construit autour de lui, parce que Stefan de Vries le met directement en cause, etc.), Yann Barthès, lui, s’en prend d’avantage à TF1. Si j’ai bien compté, il cite le nom de la chaîne sept fois alors qu’il ne parle de Jean-Luc Mélenchon qu’à quatre reprises… et encore, à l’une de ces occurrences, le fait-il pour « défendre » le coprésident du Parti de Gauche « car c’est pas [lui] qui est derrière sa caméra ». On comprend pourquoi j’ai jugé important d’expliquer plus haut la « guerre économique » que les groupes Canal+ et TF1 se livrent : cela aide à comprendre bien des choses. Cela aide aussi en partie à comprendre l’émission dont je vais maintenant parler.

 

d)   Le Grand Journal se trompe (aussi) d’images.

Le 3 décembre 2013, surlendemain de notre marche pour la Révolution fiscale, Jean-Luc Mélenchon était l’invité du Grand Journal de Canal+ pour défendre son point de vue sur deux choses : premièrement, le nombre de manifestants ; deuxièmement,  le duplex de TF1, dont j’ai déjà beaucoup parlé. Je ne vais pas m’atteler ici à une longue analyse séquence par séquence, comme je l’ai fait pour le Petit Journal, car seuls quelques éléments m’intéressent dans cette émission, dont vous trouverez la vidéo ci-dessous.


J.-L. Mélenchon au  » Grand Journal » le 03/12/2013 by Parti de Gauche

Notez qu’il s’agit de la vidéo récupérée par la Télé de Gauche (quoi ? j’entends que certains ne connaissent pas la Télé de Gauche ! C’est mal. Allez donc découvrir leur site, leur Dailymotion, leur Facebook et leur compte Twitter). Je choisis cette vidéo, et non pas celle qui est en ligne sur le site de Canal+, parce qu’elle commence directement sur l’entretien avec Jean-Luc Mélenchon. Toutefois, il y a un petit quelque chose qui m’embête : il manque le lancement de l’émission, sur lequel j’ai une petite chose à dire. Du coup, je vous ai fait une capture d’écran du moment intéressant. C’est le sous-titre qui nous intéresse ici.

Grand Journal

Je vois déjà sourire ceux qui ont lu l’article in extenso. A titre personnel, quand j’ai vu cela apparaître sur mon écran, je me suis dit : « Oh, les cons ! Ils ont osé ! » – ou quelque chose de cet acabit. Je ne reviens pas en détail sur cet élément, dont j’ai déjà beaucoup parlé, mais on voit bien ici qu’apparaît clairement, à nouveau, la volonté de donner l’impression qu’il existerait une collusion entre Jean-Luc Mélenchon et le groupe TF1. L’angle de lecture des évènements lui-même est en réalité « médiacentré » ou, pour reprendre l’expression que j’utilisais dans un autre article, « nombriliste » : au fond, ça n’intéresse personne de savoir si Jean-Luc Mélenchon « défend » TF1 ; ce qui intéresse les gens, c’est de savoir ce que le coprésident du Parti de Gauche a à dire sur sa marche. Ici encore, on voit clairement que l’élément participe de la « guerre économique » entre Canal+ et TF1.

Cet élément signalé, je passe au reste de l’émission. C’est là que se joue ce qui nous intéresse vraiment. D’abord, je signale qu’entre le duplex d’i>Télé dont j’ai parlé plus haut et cette émission-ci, il n’est plus du tout question de parler du fond de la marche pour la Révolution fiscale, mais uniquement des polémiques qui l’ont entourée. Ce n’est pas le fait de Jean-Luc Mélenchon : c’est un choix médiatique. On voit ici comment les médias ont réussi à opérer, en deux jours, un déplacement du fond vers la forme. Passons.

L’émission s’ouvre sur les chiffres de la marche : « Manuel Valls a compté 7 000 personnes, vous en avez compté 100 000. Lequel d’entre vous exagère le plus ? ». Déjà, un point pour nous : tout le monde a l’air d’accord pour dire que c’est bien Manuel Valls (et non pas la préfecture de police) qui est à l’origine de ce chiffrage ridicule à 7 000 personnes. D’ailleurs, Jean-Luc Mélenchon souligne cet élément immédiatement après la question d’Antoine de Caunes. Au moins, dès le début de l’émission, on voit que l’affrontement sur les chiffres est une métaphore de l’affrontement politique qui se tient entre le gouvernement et nous sur la hausse de la TVA et la justice fiscale.

Sur les chiffres, Jean-Luc Mélenchon explique ensuite la méthode de comptage de la police, puis celle utilisée par le Front de Gauche. Pour la seconde, il s’agit de multiplier le nombre moyen de personnes au mètre carré par la surface occupée par les manifestants. Le calcul semble logique. Bilan : boulevard de l’hôpital occupé = 1,5km de long x 40 mètres de large, soit 60 000 mètres carrés. En comptant une à deux personnes par mètre carré, ça fait entre 60 000 et 120 000 personnes et, étant donné la densité (de fait, j’y étais et j’ai pu constater qu’on était serrés), les organisateurs ont estimé qu’on était autour de 100 000 personnes. Pour moi, ça tient la route.

C’est là que ça devient intéressant. Juste après que Jean-Luc Mélenchon a exprimé son point de vue sur les chiffres, on nous sort un « spécialiste du comptage » de derrière les fagots qui, lui, dit que le boulevard de l’hôpital fait non pas 40 mètres mais 20 mètres de large et que, par conséquent, le boulevard ne fait que 30 000 mètres carrés. Alors, qui a raison ? En fait, les deux. L’un compte les trottoirs dans la largeur, l’autre non. Sauf qu’à la marche, les trottoirs étaient eux aussi occupés par les manifestants (là encore, je le sais parce que j’y étais, mais cela peut aussi se constater sur les photos). C’est par conséquent le chiffre de Jean-Luc Mélenchon qui est le plus proche de la réalité. Et pour ceux qui en douteraient, je les invite à vérifier sur Google Maps ou encore sur la page Wikipédia du boulevard de l’hôpital : celui-ci fait bien 40 mètres de large.

L’aspect le plus problématique de l’émission vient juste après l’explication « scientifique » donnée par le « spécialiste du comptage ». En effet, il invite Jean-Luc Mélenchon à regarder « les images » de la manifestation pour constater que les marcheurs sont assez éloignés les uns des autres. Sauf que voilà… comme l’a parfaitement relevé le site « Arrêts sur Images », il s’agit une fois encore de la manifestation du 30 novembre contre le racisme ! La même erreur que celle commise par i>Télé deux jours plus tôt ! Sauf que, pour le cas présent, ces images sont en plus utilisées comme « preuve » de la faible densité qu’il y aurait eue à la marche, ce qui pose un grave problème déontologique. D’ailleurs, Jean-Luc Mélenchon pose la bonne question quand il dit : « Attends, Mélenchon il sort pas de l’œuf : la photo qu’on a vue, c’est au début ? à la fin ? c’est quand ? c’est où ? ». Et Apathie d’enfoncer l’équipe, sans le faire exprès : « Vous pensez qu’Augustin est en train de truquer le truc ? ». Ben oui. Augustin est en train de truquer le truc. Le pire, c’est qu’il ne l’a sans doute pas fait exprès. Mais cela en dit long sur la rigueur journalistique de Canal+.

Tant bien que mal, Jean-Luc Mélenchon essaie de ramener le sujet sur la hausse de la TVA et sur le sens de notre marche pour la Révolution fiscale. Il est immédiatement rappelé à l’ordre par Antoine de Caunes : «  On ne va pas épiloguer, surtout qu’il y a un autre sujet qui fâche : on vous accuse d’avoir manipulé une grande chaîne de télévision, TF1 pour ne pas la citer ». Evidemment, la prétérition « pour ne pas la citer » participe ici d’une volonté de mettre en avant TF1, toujours dans la logique de discréditation de la chaîne que j’ai déjà évoquée ici plusieurs fois.

Dès lors, c’est reparti pour un tour : présentation du duplex de TF1, présentation de la photo de Stefan de Vries, mise en avant d’une « mise en scène », d’une « manipulation », etc. Sauf que cette fois-ci, Jean-Luc Mélenchon est là pour répondre. Et il répond. Premièrement, dit-il, il est 13h00 au moment du duplex et la manifestation est convoquée pour 13h30 ; il est donc normal qu’il n’y ait personne à cette heure-là. Deuxièmement, si on poursuit sur les images de TF1, on voit la place d’Italie complètement vide ; il n’y a donc pas de volonté de tricher sur ce point. Troisièmement, Stefan de Vries est un rigolo qui n’a pas à bouger de son balcon pour faire des sujets. La preuve.

 

 Les présentateurs du Grand Journal, à l’évidence agacés que Jean-Luc Mélenchon balance une vanne sur Stefan de Vries, recadrent immédiatement la conversation : « Sauf qu’il dévoile quelque chose, objectivement… Il dévoile une mise en scène ». Réaction immédiate du coprésident du Parti de Gauche, qui assume clairement le fait d’avoir voulu de belles images et qui, à la question « Donc vous faites de la communication politique comme tout le monde ? », répond : « Non, pas ‘comme tout le monde’ : mieux que tout le monde ».

Jean-Luc Mélenchon va ensuite mettre à jour de manière très simple l’impensé de cette polémique ridicule : en fait, le problème est que, derrière la question qui se pose sur la mise en scène de ce duplex, se cache une accusation de « manipulation » ou, pour être plus exact, de « tromperie volontaire » sur le nombre de personnes présentes. Réponse de Jean-Luc Mélenchon : il y a effectivement mise en scène pour faire de belles images, mais il n’y a jamais eu volonté de faire passer cela pour le cortège de la marche. D’ailleurs, argument imparable : c’est le Parti de Gauche lui-même – et non pas Stefan de Vries – qui a publié en premier une photographie de la scène.

Comme Jean-Luc Mélenchon a à nouveau paré le coup, Jean-Michel Apathie essaie une autre estocade : « Mais là le CSA, du coup, va s’en occuper. Vous êtes convoqué ». Et Hélène Jouan d’ajouter : « Et alors vous allez défendre TF1 là ? Vous allez défendre TF1 ? ». Sauf que Jean-Luc Mélenchon ne sort pas de l’œuf. Et il pointe immédiatement les liens qui existent entre Olivier Schrameck, patron du CSA, et le gouvernement. De fait, l’homme était directeur de cabinet de Lionel Jospin, lorsque celui-ci était Premier ministre, de 1997 à 2002. Et qui est-ce qui était chargé de la presse et de la communication, dans ce cabinet ? Manuel Valls ! L’intervention d’Olivier Schrameck dans cette affaire était donc éminemment politique, ce que n’a pas manqué de souligner Jean-Luc Mélenchon : « tout ce petit monde-là se connaît ».

Au final, et c’est ce qu’explique le coprésident du Parti de Gauche à la fin de l’émission, toutes les polémiques qui ont entouré notre marche (les batailles de chiffres, le duplex de TF1, etc.) sont autant de diversions qui permettent d’éviter de parler du fond. Parce que sur le fond, notre marche était un succès, qui a porté des revendications élevées (Révolution fiscale, opposition à la hausse de la TVA) et qui en a effrayé plus d’un, à commencer par François Hollande.

 

5)   Le président a peur.

Il est un élément qui est passé quasiment inaperçu et qui n’est pourtant pas anodin, car il est révélateur d’une ambiance. Le 4 décembre, le président de la République a fait une sortie très violente contre Jean-Luc Mélenchon dans le Canard Enchaîné, sortie qui a été reprise par Le Lab d’Europe 1. François Hollande déclarait la chose suivante : « Mélenchon ne représente ni une alternative politique ni une force de nuisance, car, au second tour, ses électeurs ne se trompent pas ». L’objectif est d’affirmer en creux que le Front de Gauche ne peut pas atteindre le second tour ou, pour être plus exact, qu’il ne peut pas passer en tête de la gauche. Cela relève bien plus de la méthode Coué que d’une analyse politique concrète, d’une part au vu de l’état de désorganisation et de désaffection populaire dans lequel se trouve le Parti socialiste, d’autre part au vu de la capacité de mobilisation dont nous avons fait preuve le 1er décembre 2013. De fait, jamais François Hollande n’effectue ainsi de sorties contre des adversaires politiques ; s’il l’a fait contre nous, précisément au moment où nous venions de faire une démonstration de force, c’est donc bien qu’il n’est pas rassuré.

Mais le président de la République ne s’arrête pas là. Sous couvert d’en remettre une couche sur le mode « Mélenchon est violent, blablabla, je me sers de l’image de lui que les médias ont construite », il s’en prend en fait à nos camarades communistes : « Il a même réussi à se fâcher avec les communistes ! Faut le faire ! ». Ce que veut dire François Hollande ici, c’est que Jean-Luc Mélenchon est intransigeant ; ce qu’il dit en fait, c’est que les communistes sont des mous, des gens à qui on peut faire avaler des couleuvres sans problème, des personnes qui ne se rebellent jamais. Les propos sont honteux et blessent très largement tous ceux qui participent Front de Gauche : les communistes et les autres, qui savent combien leurs camarades du PCF ont la tête dur et le cœur vaillant. Et si François Hollande se croit autorisé à parler ainsi des communistes, c’est parce qu’il sait très bien que leur chef, Pierre Laurent, a fait alliance avec lui à Paris et qu’il ne dira rien. On voit combien la stratégie d’autonomie conquérante aux municipales est justifiée : s’allier avec le Parti socialiste, c’est s’allier avec une bande de tireurs dans le dos sans scrupules.

Et d’ailleurs, François Hollande n’a pas manqué d’appuyer là où ça fait mal : « Mélenchon et les communistes manifestent peut-être ensemble mais ils mènent une stratégie opposée. Dans la plupart des grandes villes, le PC s’est rallié au PS, et Mélenchon n’a pu s’y opposer ». Commençons par dire que ces propos sont faux puisque, dans la plupart des grandes villes, les communistes ont décidé de partir sous la bannière du Front de Gauche et de défendre la ligne de l’autonomie conquérante. C’est le cas, par exemple, à Châteauroux, pour prendre l’exemple de la ville dont je suis originaire. Il reste que le président de la République utilise – c’était prévisible – l’implication de Pierre Laurent dans l’élection municipale parisienne pour en faire la « stratégie » du PCF tout entier. La vérité, c’est que, partout en France, les camarades du Front de gauche qui regrettent cette décision sont nombreux ; la vérité, c’est que sont nombreux aussi les communistes parisiens qui militeront pour la candidate du Front de Gauche : Danielle Simonnet.

Quoi qu’il en soit, ce que François Hollande pensait être une démonstration de force sur le mode « Mélenchon parle fort, il se fâche avec tout le monde » était en réalité une démonstration de faiblesse, bien plus que quoi que ce fût d’autre. Cette sortie du président de la République entre dans la logique cahuzacienne du « Vous êtes un homme seul », qui consiste à répéter en boucle que Jean-Luc Mélenchon est isolé, ce qui est faux puisque la manifestation contre la hausse de la TVA a non seulement rassemblé le Front de Gauche, mais encore le NPA et Lutte Ouvirère. L’union de la gauche de la gauche pour une cause commune, c’est cela qui donne des sueurs froides au chef des socialistes.

J’ajoute – on me tapera peut-être dessus, mais enfin – que le communiqué sur l’opération de la prostate de François Hollande a très opportunément été publié le 4 décembre. Pourquoi ce jour ? Y avait-il une polémique médiatique d’une ampleur telle qu’il fallût qu’un communiqué de l’Elysée tombât à ce moment précis ? J’en doute. Et Hollande sait très bien que les journalistes se régalent de cette sorte de non-histoire, et arrivent à en faire leur choux gras pendant toute une journée (« Retour sur l’historique des problèmes de santé des présidents de la République », « Le Mitterrand et le Hollande : deux François, deux prostates », etc.). Ceux qui suivent la série « Borgen » savent combien on peut décider – ou pas – d’utiliser un problème de santé comme bouclier dans l’arène politique. Je n’en accuse pas François Hollande ; je signale simplement une proximité problématique dans l’enchaînement des évènements. Quoi qu’il en soit, le décès de Nelson Mandela un jour plus tard a balayé immédiatement toutes ces questions.

 

6)   Les copains du président ont peur.

Il n’y a pas que François Hollande que notre marche ait effrayé. Tous ses petits amis se sont aussi remués pour lui venir en aide. Trois éléments me semblent particulièrement révélateurs : la sortie du patron du CSA, la manière dont la presse partisane a réagi et, enfin, le lancement d’un projet de « réforme fiscale » par Jean-Marc Ayrault.

 

a)   Le patron du CSA sort de sa boîte.

J’ai déjà un peu parlé du patron du CSA, Olivier Schrameck, dans la partie consacrée au Grand Journal, mais je voudrais ici en redire un mot, car il y a là matière à réflexion compte tenu de tout ce que j’ai dit précédemment sur le traitement, par les médias, de notre marche du 1er décembre.

Le 3 décembre, deux jours après la marche, le CSA annonce qu’il mènera une « enquête » sur le duplex de TF1 que j’ai déjà évoqué. J’ai eu beau chercher sur internet, je n’ai pas réussi à trouver dans quelles circonstances a été faite cette annonce : aucun communiqué de presse sur le site, pas de déclaration publique d’un responsable du CSA à ma connaissance… mystère total. Quoi qu’il en soit, plusieurs articles de presse ont été publiés sur ce thème, donc on doit bien supposer que quelqu’un, à un moment donné, a dû dire quelque chose.

Seulement voilà : comme je l’ai dit plus haut, il se trouve que le patron du CSA, Olivier Schrameck, est proche d’un certain… Manuel Valls. Et, d’une manière générale, proche du Parti socialiste. De fait, l’homme a été nommé à son poste actuel par François Hollande. Surtout, il a été directeur de cabinet de Lionel Jospin pendant cinq ans, de 1997 à 2002. Pour ceux qui ne connaissent pas bien comment tout cela fonctionne, j’explique en termes simples : le directeur de cabinet d’une personnalité politique, c’est son « chef d’équipe », celui qui organise tout pour que tout fonctionne bien. Et il se trouve que dans « l’équipe » de Lionel Jospin, Manuel Valls était en charge de la presse et de la communication. Le patron du CSA et l’actuel ministre de l’Intérieur ont donc été collègues de travail pendant cinq ans. Ça crée des liens.

Donc, Olivier Schrameck, proche de Manuel Valls et proche de Lionel Jospin, nommé président du CSA par François Hollande en janvier 2013, prend la décision parfaitement neutre, transparente et indépendante, de lancer une enquête sur le duplex de TF1. Pas un mot, en revanche, sur le fait qu’i>Télé puis Canal+ se soient trompés d’images concernant notre marche. Là, aucun problème de « déontologie » pour le patron du CSA, même si on les met sous le nez de Jean-Luc Mélenchon en lui disant « Allez, avoue qu’il n’y avait personne à ta manif, allez ! Avoue ! Avoue ! Dis-le, bon sang ! ». Non. Là, aucun problème. Tout va bien. i>Télé et Canal+ sont des chaînes sérieuses. Par contre, TF1 et Mélenchon, scrogneugneu, ça sent la collusion et le manque de déontologie.

C’est écœurant. Mais bon : plus c’est gros, plus ça passe. On connaît le refrain. Personne n’a rien dit. Tout le monde a fermé sa mouille. Pas d’indignation des socialistes qui pourfendaient le manque d’indépendance du CSA pendant le quinquennat de Sarkozy. Rien. Quoi qu’il en soit, cela montre bien qu’Olivier Schrameck a filé un coup de pouce au président de la République à un moment opportun, pour taper sur Jean-Luc Mélenchon par le truchement de TF1. Ils ont peur, c’est évident. S’ils n’avaient pas peur, ils ne s’agiteraient pas autant.

 

b)   La presse partisane tape sur Jean-Luc Mélenchon.

Juste après notre marche, la presse partisane proche du pouvoir en place nous a attaqué de manière très frontale. Evidemment, comme à chaque fois, l’essentiel des attaques s’est dirigé contre Jean-Luc Mélenchon. Dans mon souvenir, il n’y a que lorsque le coprésident du Parti de Gauche avait été accusé d’avoir tenu des propos antisémites (ce qui était une aberration au regard de l’engagement politique de Jean-Luc Mélenchon et de ses prises de position régulières sur ce sujet) que nous avions dû subir un feu aussi nourri. Je prendrai deux exemples pour illustrer ce point.

Il y a d’abord cet article de Rue 89, rédigé par Pascal Riché. Le titre (« Mélenchon se met au pédalo ») et l’image d’illustration (le montage associant le duplex de TF1 et la photo prise par Stefan de Vries) sont en soi des attaques que chacun peut comprendre sans même lire l’article. Le reste ne vaut pas mieux : pas un mot sur le tweet du Parti de Gauche qui prouve qu’il n’y avait pas de volonté de manipulation de la part de Jean-Luc Mélenchon. Surtout, l’article accumule les attaques. Ainsi, pour l’auteur, il y avait « sans doute plus de 7 000 [manifestants], chiffre de la police » mais il y avait « sans doute beaucoup moins de 100 000, chiffre claironné par Jean-Luc Mélenchon » (c’est moi qui souligne). Il est également dit que le coprésident de Parti de Gauche « n’imprime plus », « ne rassemble plus », « est concurrencé par les bonnets rouges » et Marine Le Pen, ou encore que « son message est devenu inaudible », ce qui est évidemment une aberration au lendemain d’une marche contre la hausse de la TVA et pour la Révolution fiscale dont tous les médias ont parlé, beaucoup retransmettant même en direct le discours de Jean-Luc Mélenchon prononcé à cette occasion.

Un peu plus loin, un des grands titres de l’article parle d’un « discours brouillé sur les impôts et sur l’Euro ». Je m’amuse beaucoup du fait que l’auteur soit contraint d’écrire, à propos de Jean-Luc Mélenchon : « Sur le fond, sa position est cohérente : la TVA est un impôt injuste (…), le système fiscal français est mité par les exceptions et autres niches. Il est donc légitime que la gauche prône une ‘révolution fiscale’ ». Voilà un « discours brouillé » que l’auteur semble pourtant avoir parfaitement entendu. Concernant l’euro, c’est pareil : l’auteur feint d’ignorer que Jean-Luc Mélenchon a déclaré que « S’il faut désormais choisir entre la souveraineté du peuple et celle de l’euro, la France doit choisir le peuple ». C’est écrit noir sur blanc sur son blog.

Plus loin, on retrouve la diabolisation classique du coprésident du Parti de Gauche, lui qui ferait preuve d’une « brutalité verbale qui ne colle pas avec ses actes ». Tout ça pour nous expliquer qu’au fond, Jean-Luc Mélenchon soutiendrait plus ou moins Hollande. D’ailleurs, il voulait devenir son Premier ministre… si ça c’est pas une preuve intangible, qu’au fond il l’aime bien, hein ? Tout ceci est pathétique et repose sur une torsion de la réalité. Une véritable mise en scène, pour ainsi dire.

De son côté, Libération n’était évidemment pas en reste. Avant la marche, on a eu droit à un bel article intitulé sobrement « Mélenchon plutôt un handicap pour la gauche, selon un sondage », avec une belle photo neutre et objective pour illustrer tout ça. Après la marche, encore plus fort, on a eu une tribune de Stéphane Guillon qui, sous couvert d’ironie, ressort toutes les saloperies utilisées en boucle par l’extrême droite. Je ne la mets pas en lien : ça lui ferait de la pub et je n’en ai pas envie. Chacun pourra aller la chercher sur internet, elle est facile à trouver. Il s’agit d’un véritable pot-pourri de saloperies uniquement destiné à nuire : aucune analyse, des imprécisions dans tous les sens et, surtout, un feu nourri de canon à idioties. Tout y passe : la supposée « collusion » TF1-Mélenchon pour placer le coprésident du Parti de Gauche en ami de Bouygues et du capitalisme (oui, vraiment, il dit ça), le cahuzacien « vous êtes un homme seul », un impensable et insidieux parallèle tracé entre Dieudonné et Mélenchon, son indemnité d’élu, son patrimoine, sa déclaration sur les bonnets rouges, l’antisémitisme. Tout. Une bordée de saloperies, de faux arguments empruntés autant aux socialistes qu’à l’extrême-droite. Un truc bien naze, pas politique. Hollande et Le Pen ont dû se bidonner et se frotter les mains. Je signale ici, au passage, qu’un camarade blogueur en a livré une analyse plus détaillée dans une lettre ouverte à Stéphane Guillon que je vous invite à aller lire.

On le voit, les réactions des amis du président ont été violentes dans la presse. Peu fondées, s’appuyant sur des sables mouvants, mais violentes. Leur objectif n’était pas de faire de l’information ou du « décryptage » ; il était de nuire. Mais, au fond, tout ceci nous amuse, car si l’on parle de nous, surtout en termes violents, c’est que nous faisons peur. C’est que les socialistes ne sont plus si sûrs d’eux que cela. C’est qu’ils frémissent à nous voir nous assembler contre eux par dizaine de milliers. Le vent tourne et ils le sentent. Alors ils brassent de l’air, pour essayer de le faire changer de direction. Peine perdue.

 

c)    Jean-Marc Ayrault et sa « réforme fiscale ».

Le 19 novembre 2013, dix jours après l’appel de Jean-Luc Mélenchon à une grande marche pour la Révolution fiscale (c’était le 8 novembre), Jean-Marc Ayrault annonçait dans le journal Les Echos qu’il allait procéder à une « remise à plat » fiscale. Je serai très court sur ce point, car Jean-Luc Mélenchon en a livré une analyse très détaillée sur son blog, analyse à laquelle je vous renvoie. Je vous invite notamment à jeter un œil sur le deuxième paragraphe, qui retrace l’historique des différents appels qui ont suivi le nôtre. On voit bien qu’il y avait là matière à s’agiter du côté de Matignon ! Et le succès de notre marche, quoi qu’en dise le gouvernement en public, a obligé le Premier ministre à ne pas enterrer ce projet pour l’instant. C’est une bonne chose : quel que soit le contenu de la réforme prévue par Jean-Marc Ayrault, elle permettra au moins de continuer à poser la question de la justice fiscale dans le débat public. Nous ne pouvons que nous en réjouir, puisque nous nous sommes doté d’un Manifeste pour une révolution fiscale qui présente clairement nos propositions en matière de fiscalité. Projet contre projet, nous verrons bien ce qu’en pensent les citoyens. Jean-Marc Ayrault a du souci à se faire s’il espère pouvoir continuer, dans le cadre de cette réforme, à servir la soupe au Medef devant tout le monde.

 

7)   Ce qu’était le 1er décembre

Cet article est très long et je m’en excuse auprès de vous. Il est long pour une raison simple : notre marche du 1er décembre 2013 pour la Révolution fiscale et contre la hausse de la TVA n’a laissé personne indifférent, et les réactions agressives que nous avons dû subir de la part de nos adversaires ont été à la mesure de la sympathie dont jouissait notre marche dans l’opinion publique. Etrangement, quand les choses vont dans ce sens-là, personne ne parle de « dérapage contre Jean-Luc Mélenchon ». Passons.

Je voudrais ici, en guise de conclusion, dire en quelques mots ce que les médias n’ont pas dit à propos de notre marche. Je voudrais parler un peu de la manière dont je l’ai vécue et des quelques éléments notables qu’il me semble falloir signaler. Promis, je fais court.

Le plus important me semble d’abord de dire que, pour la première fois depuis que nous organisons des marches à caractère politique (du moins, pour la première fois à ma connaissance), Lutte Ouvrière a appelé à y participer. L’événement peut paraître anodin ; il ne l’est pas. Dans la rue étaient réunies toutes les grandes forces de la gauche radicale : Front de Gauche, NPA, Lutte Ouvrière. Le symbole est beau ; le message politique est capital : nous sommes capables de faire front commun sur des sujets précis où l’intérêt général est en cause. Ce n’est pas rien. Bien sûr, il manquait l’appel de quelques grandes figures de l’écologie, comme Eva Joly ou Noël Mamère, mais EELV était en congrès le week-end où nous marchions… politiquement, ce n’était pas le meilleur moment pour aller s’encanailler dans la rue avec Jean-Luc Mélenchon. N’importe : il y avait des militants écologistes à nos côté, et c’est cela qui compte. Par cette marche, nous avons donc agrandi le Front du peuple que nous appelons de nos vœux. Je le répète : ce n’est pas rien.

Autre élément important : les sujets mis sur la table. Alors que le mouvement des bonnets rouges se contentait de casser des portiques et des radars en dénonçant un « ras-le-bol fiscal » largement construit par les médias, nous avons donné un contenu clair à la fois aux causes de ce « ras-le-bol » et aux solutions à lui apporter. Les questions de fiscalité ne sont pas des choses simples. Pourtant, nous avons fait un effort considérable d’explication et de décryptage des mesures  prises par le gouvernement. Sur la hausse de la TVA, Jean-Luc Mélenchon a par exemple rédigé un excellent argumentaire, qui explique très simplement ce sujet complexe. De même, je l’ai dit plus haut, nous avons décrypté l’actualité fiscale et mis au clair nos propositions dans un Manifeste pour une révolution fiscale. Nous avons expliqué au plus grand nombre ce que représentait concrètement la hausse de la TVA : 100 euros par an et par Français, 400 euros pour un couple avec deux enfants. Nous avons expliqué qu’une vraie politique de « compétitivité » devait s’attaquer non pas au prix du travail mais au coût du capital. Toutes ces graines de réflexion que nous avons semées sont en ce moment même en train de germer, de mûrir, et d’essaimer encore (surtout pendant les fêtes, où les discussions familiales ne manquent pas de se porter sur des sujets politiques, en dépit des recommandations données avant les repas).

Je voudrais dire aussi ici que, quoi qu’en ait dit Manuel Valls et quoi qu’en aient dit les médias, notre marche a énormément mobilisé. En toute honnêteté, jusqu’au dernier moment, j’avais un doute sur notre capacité à rassembler le peuple de gauche sur des questions de fiscalité. Surtout en trois semaines, le délai le plus court que nous ayons eu à tenir ! Surtout au mois de décembre, où il fait souvent si froid ! Surtout à ce mois de l’année où chacun met un peu d’argent de côté pour être sûr de pouvoir offrir des cadeaux à tout le monde, et n’a donc pas forcément beaucoup de sous à mettre dans un billet de bus ou de train ! Pourtant, quand je suis arrivé en haut du boulevard de l’hôpital, des larmes de joie me sont venues aux yeux et mon cœur s’est mis à battre la chamade : devant moi s’étalait une véritable marée rouge, éclairée par un soleil qui commençait lui-même déjà à rougeoyer ! Je me fiche pas mal de savoir combien nous étions car je sais une chose : nous étions nombreux. Et tous ceux qui étaient là le savent aussi bien que moi.

A tout point de vue, cette marche était donc un succès. Le plus important à mes yeux est qu’elle a permis de mettre sur le devant de la scène le sujet complexe de la fiscalité : là où certains étaient dans une dénonciation pure et simple d’un « ras-le-bol » fiscal, surfant sur la colère populaire, nous avons expliqué, détaillé, fait des propositions concrètes. Le discours de Jean-Luc Mélenchon prononcé a l’issue de cette marche a été retransmis sur toutes les chaînes d’information en continu (voilà au moins qui a mis d’accord LCI, i>Télé et BFM-TV) et a été très suivi. Il s’agit d’un document ayant un fort contenu intellectuel et politique, et nous savons qu’il a été vu en direct par des centaines de milliers de citoyens. Je le reproduis ici, pour conclure cet article sur le 1er décembre, car Jean-Luc Mélenchon a su trouver les mots justes pour parler de notre marche. Comme toujours.


Marche pour la Révolution fiscale -Discours de Jean-Luc Mélenchon by Parti de Gauche

 


[1] Je ne crois pas qu’il faille voir ici malice de la part de Claire Chazal : à mon avis (je dis ça en regardant la façon dont elle regarde les images qu’on lui transmet), elle est elle-même abusée par le dispositif que j’indiquais au paragraphe précédent. Là où il y a effectivement un problème, c’est dans le fait qu’elle ne soit apparemment pas prévenue par son équipe de la situation sur place.

 

Les articles ci-dessous sont proposés par un éditeur publicitaire.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d'articles

À propos de Antoine Léaument

Fondateur de la chaîne YouTube et du site « Le Bon Sens ». Responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon.

Un commentaire

Commenter cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués par : *

*