Le Pen à 30% : le sondage bidon de « Marianne »

Et c’est reparti. Deux ans et demi avant la présidentielle de 2017, Marianne imagine déjà le résultat et titre, dans un article en ligne tout en finesse : « Le choc : Marine Le Pen à 30% ». La couverture du magazine papier donne dans le sensationnel : « La Grèce élit Syriza, l’Espagne espère Podemos… En France, le Front national progresse. À qui la faute ? Marine Le Pen à 30% ! ».

Marianne est habitué des sondages « exclusifs » qui mettent Marine Le Pen toujours plus haut. Même quand elle baisse, comme c’est le cas ici, il est important pour Marianne de montrer qu’elle monte quand même. Pour que les gens aient peur et, donc, achètent le journal. Si ça ne fait pas peur, si ce n’est pas sensationnel, si ce n’est pas nouveau, ça ne vaut pas le coup de l’acheter, n’est-ce pas ?

Le sondage publié aujourd’hui s’inscrit dans la longue lignée des sondages parfaitement inutiles, qui ne veulent pas dire grand’ chose, mais dont un résultat a été mis en avant pour créer une « information » un tant soit peu « vendeuse ». Mais, en l’occurrence, la fabrique de cette information a un effet dans le réel et place effectivement Marine Le Pen comme personnalité politique en dynamique en France. Aussi rit-on jaune quand on voit cette question s’étaler en énorme sur la couverture de Marianne : « À qui la faute ? ».

Je vais ici montrer quelles sont les limites du sondage Ifop utilisé par Marianne et, surtout, pourquoi la présentation qui en est faite abuse le lecteur. On verra que non seulement ce sondage n’a pas de sens mais que, quand bien même il en aurait, il se trouve que Marine Le Pen régresse en comparaison du dernier sondage réalisé par le même institut.

Pour piquer votre curiosité, il me faut vous apprendre (ou vous rappeler) que le service politique de l’Ifop est dirigé par Damien Philippot, le frère du député européen et n°2 du FN, Florian Philippot. Quand on sait combien les résultats finaux d’un sondage dépendent des savantes (et secrètes) opérations qui sont réalisées pour ajuster les résultats bruts, on est en droit de se poser des questions sur l’influence de ce Damien Philippot, sachant que c’est lui qui a sous ses doigts la calculette pour faire les ajustements…

Enfin, je tiens aussi en introduction à laisser ouverte une question. Que le Front national soit à un niveau élevé n’est un doute pour personne. Mais, dans la séquence que nous venons de vivre, le clan Le Pen a été mis en déroute : sa tentative de récupération sur les attentats a échoué ; son invraisemblable tentative d’OPA sur Syriza a eu pour résultat un retour de flamme (hihihi) puisque Syriza a publié un communiqué renvoyant Marine Le Pen dans ses cordes. Pourquoi, à un moment où le FN bat en retraite, le système médiatique éprouve-t-il le besoin de le remettre au centre du débat politique ? Je vous laisse y réfléchir.

1 – Les sondages sont une photographie
2 – En réalité, Marine Le Pen régresse
3 – Si on parlait des marges d’erreur ?
4 – Marianne et les sondages-qui-font-peur
5 – Bonus ! Quand Marianne parlait d’un sondage « bidon » de l’Ifop

1 – Les sondages sont une photographie 

Pour éviter tout emballement inutile, commençons par dire d’emblée que poser en janvier 2015 une question à laquelle les citoyens devront répondre en mai 2017 a une valeur scientifique proche de zéro. Pour donner une comparaison sensible, c’est aussi scientifique que de demander à Météo France de prévoir le temps qu’il fera le jour du premier tour de l’élection présidentielle.

Qu’on en juge d’abord par le sondage lui-même qui est évidemment incapable de prédire quels seront les candidats en 2017 et teste donc plusieurs « hypothèses ». Le PS est ainsi testé avec François Hollande ou Manuel Valls et l’UMP avec Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé. Les Verts sont testés avec Cécile Duflot alors qu’il semblerait que son idée soit plutôt de soutenir Jean-Luc Mélenchon dans le cas où il serait bien candidat. Crédité de 7% à 9% des voix, François Bayrou a quant à lui indiqué qu’il ne serait pas candidat en 2017 dans le cas où il deviendrait maire de Pau, ce qu’il est effectivement devenu en mars 2014. D’ailleurs, l’enquête du même institut réalisée en octobre dernier testait le cas où Bayrou soutiendrait la candidature de Juppé, ce qui n’est plus fait cette fois-ci. Pour le PS, en octobre, l’Ifop testait également Martine Aubry… et quelques mois plus tôt, en Juillet, il n’y avait pas Martine Aubry mais Arnaud Montebourg…

On le voit, questionner sur la présidentielle de 2017 est en soi une aberration puisqu’on ne sait pas quelle sera la configuration politique à ce moment-là, à commencer par ce qui importe le plus : quels seront les candidats effectivement en lice. Par exemple, une candidature d’Alain Soral ou de Dieudonné (l’Ifop l’oublie peut-être, mais ils ont créé ensemble un parti politique) aurait sans doute un effet notable sur le score de Marine Le Pen. Après tout, puisque les spéculations sont ouvertes, je ne vois pas pourquoi je ne m’y adonnerais pas.

Allons plus loin : même en admettant qu’il y aurait au final une situation correspondant exactement à l’une des hypothèses testées (mais tiens, au fait, où est passé Cheminade ?), un sondage quel qu’il soit n’est qu’une photographie de l’état de l’opinion des personnes interrogées à un moment donné. Dans le cas présent, l’évolution fulgurante du score des candidats du PS est à l’évidence due à la manière dont François Hollande et Manuel Valls ont été mis en avant par les attaques qui ont récemment secoué le pays. Par ailleurs, le sondage ayant été réalisé les 23 et 24 janvier, on peut se demander quel aurait été le résultat s’il avait été réalisé les 26 et 27 janvier, au lendemain de la victoire de Tsipras, sachant que les médias n’ont cessé de l’appeler le « Mélenchon grec »…

Pour rendre les choses plus parlantes, si l’élection présidentielle est un film dont le deuxième tour constitue le dénouement, nous aurions ici une image du commencement d’un film à suspense, qui ne peut aucunement laisser présager de la fin. L’Ifop en est d’ailleurs conscient, puisqu’il réalise des sondages « rolling » lors des grandes campagnes politiques. Ces sondages permettent, sur le long terme, de constater les changements dans l’évolution des intentions de vote… et donc l’influence de la campagne. Ainsi, en 2012, Marine Le Pen était donnée à 21,5% par l’Ifop en janvier 2012 et a fini à 17,90% en avril alors que Jean-Luc Mélenchon, donné à 6,5%, a fini à 11,10% ! Soit un écart de près 4 points à la baisse pour Marine Le Pen et de plus de 4 points à la hausse pour Jean-Luc Mélenchon.

Le sondage rolling réalisé par l’Ifop pendant la présidentielle de 2012

Bref, faisons simple : le sondage utilisé par Marianne n’a pas de sens et ne vaut rien d’un point de vue scientifique. Sa seule utilité, dans le cas présent, est de créer une information à partir de rien, et donc de permettre de vendre un magazine.

 

2 – En réalité, Marine Le Pen régresse

Maintenant, rions un peu. Racoleur, le journal Marianne titre sur « le choc » de voir Marine Le Pen à 30%. Sauf que… dans le dernier sondage bidon de l’Ifop sur la présidentielle, Marine Le Pen était déjà, dans certaines « hypothèses » à 30%. Et même à 32% dans la fameuse hypothèse où Juppé serait candidat et serait soutenu par Bayrou ! Pourquoi, dès lors, Marianne considère-t-il que « le Front national progresse » ?

Parce que dans le monde enchanté de Marianne, il ne s’est rien passé depuis la dernière fois que ce journal a commandé un sondage. C’était en juillet 2014. Et Marianne avait déjà fait sa couverture sur le thème : « Présidentielle : si le premier tour avait lieu aujourd’hui… Marine Le Pen en tête. Le sondage qui alarme. » C’était bien racoleur, ça avait dû bien se vendre. En plus, en plein milieu de l’été, vous pensez…

Pour vous abonner à mon blog, cliquez sur l'image puis indiquez votre mail dans la page qui s'ouvrira.

Pour vous abonner à mon blog, cliquez sur l’image puis indiquez votre mail dans la page qui s’ouvrira.

Fait amusant : alors que Marianne affiche un gros « +3% » en face de l’hypothèse où François Hollande et Nicolas Sarkozy seraient candidats, le sondage réalisé en octobre, qui testait la même hypothèse avec les mêmes autres candidats, donnait alors… exactement le même score pour Marine Le Pen : 29%. Somme toute, pas de progression : une stagnation. Idem dans les autres cas, à 1% près. Le seul cas où Marine Le Pen progresse effectivement est dans la situation où Sarkozy et Valls sont candidats, mais le plus impressionnant est alors surtout l’inversion du rapport de force entre ces deux candidats-là : Marine Le Pen gagne certes 3 points, mais Valls en prend 8 et Sarkozy en perd 4. Cela place Valls et Sarkozy à égalité alors que 12 points les séparaient en octobre ! On pourrait donc décider que l’information la plus importante est que Valls pourrait être qualifié au second tour, alors qu’il était dans les choux il y a trois mois. Tout est question de sélection de l’information, et Marianne choisit délibérément ce qui est le plus « vendeur ».

3 – Si on parlait des marges d’erreur ? 

Contrairement à l’illusion qu’entretiennent généralement les médias, une faible variation n’a pas grand sens en matière de sondages. Pourquoi ? Parce qu’il existe toujours une marge d’erreur qui varie à la fois en fonction du nombre de personnes interrogées et du résultat qu’on trouve au final. Ainsi, les sondages sont généralement précédés d’un tableau indiquant la marge d’erreur dont il faut tenir compte pour ne pas dire n’importe quoi. C’est le cas ici.

Le tableau de marge d'erreur du sondage de l'ifop.

Le tableau de marge d’erreur du sondage de l’ifop.

Pour un résultat autour de 30% et avec 987 sondés (au passage, par questionnaire « auto-administré », ce qui donne les pires résultats d’un point de vue méthodologique), il faut tabler sur une marge d’erreur autour de 3%. Cela veut dire qu’une Marine Le Pen, donnée à 30%, est en réalité comprise entre 27% et 33%. Marianne aurait donc pu nous faire frémir encore plus en nous disant que « un tiers de la population est prêt à voter Le Pen ». Ça sera peut-être pour le numéro de juillet 2015. En attendant, ça veut aussi dire que la supposée « progression » du Front national est comprise dans la marge d’erreur. Pas de quoi fouetter un chat. En revanche, l’évolution des scores hypothétiques de Valls et Hollande sort des marges d’erreur et est donc le principal enseignement du sondage, s’il faut absolument en trouver un. Évidemment, il est lié à une période donnée, et le prochain sondage donnera probablement un résultat à nouveau tout à fait différent.

4 – Marianne et les sondages-qui-font-peur

C’est une habitude récurrente, chez Marianne, de capitaliser sur la « peur » du Front national. Et dans le cas présent, il faut entendre « capitaliser » au sens propre, c’est à dire « accumuler de la richesse » en vendant des numéros à sensation. Évidemment, plus ça va, pire c’est (sinon ça ne fait pas peur).

Ainsi, en janvier 2012, à trois mois du premier tour de la présidentielle, Marianne titrait fièrement : « L’enquête qui doit ouvrir les yeux. “Je vote Marine Le Pen”. Pourquoi un Français sur cinq envisage de voter pour elle ».

« Une » de Marianne de janvier 2012 : « Je vote Marine Le Pen »

« Une » de Marianne de janvier 2012 : « Je vote Marine Le Pen »

En août 2014, nous en avons parlé, c’était « Présidentielle : si le premier tour avait lieu aujourd’hui… Marine Le Pen en tête. Le sondage qui alarme. »

« Une » de Marianne d'août 2014 : « Marine Le Pen en tête »

« Une » de Marianne d’août 2014 : « Marine Le Pen en tête »

Et enfin, pour le numéro paru aujourd’hui : « La Grèce élit Syriza, l’Espagne espère Podemos… En France, le Front national progresse. À qui la faute ? Marine Le Pen à 30% ! »

« Une » de Marianne de janvier 2015 : « À qui la faute ? »

« Une » de Marianne de janvier 2015 : « À qui la faute ? »

Selon Le Monde, autre grand adepte des sondages bidons mais qui n’aime pas trop que ses confrères s’y adonnent, les ventes du Nouvel Observateur ont augmenté de 30% la dernière fois qu’il a fait une « une » sur un sondage mettant Marine Le Pen en tête. Le magazine reprenait alors la propagande du FN et parlait lui-même de « premier parti de France » ; il écrivait en gros « le sondage qui fait peur » ; il mettait une photo d’une Marine Le Pen conquérante, avec un petit halo de lumière autour d’elle, genre « elle est pas réelle, elle émet de la lumière ». Les mêmes ont dû s’offusquer du score réalisé par le FN aux européennes et titrer un truc genre « Le choc » ou « La peur » ou « Le FN superchampion, à qui la faute ? ».

« Une » du Nouvel Obs d'octobre 2013 : « 24%, le sondage qui fait peur »

« Une » du Nouvel Obs d’octobre 2013 : « 24%, le sondage qui fait peur »

Chez Marianne, on l’a vu, c’est une technique de vente récurrente que d’alarmer sur « la montée du Front national ». Tout ça caché derrière l’idée pseudo-cool que « c’est important de dire ce qui se passe pour faire réagir ». Ce qu’on observe, au final, c’est que s’installe dans le réel l’idée que le Front national est toujours en tête, toujours dynamique. « À qui la faute ? », demande Marianne. Je pense qu’on peut leur retourner la question.

Les « unes » de Marianne sur Marine Le Pen. Je ne voudrais pas te donner de mauvaises idées mais tu peux télécharger cette photo et la partager sur les réseaux sociaux en interrogeant innocemment la responsabilité de Marianne dans la mise au centre du débat du Front national.

Les « unes » de Marianne sur Marine Le Pen. Je ne voudrais pas te donner de mauvaises idées mais tu peux télécharger cette photo et la partager sur les réseaux sociaux en interrogeant innocemment la responsabilité de Marianne dans la mise au centre du débat du Front national.

5 – Bonus ! Quand Marianne parlait d’un sondage « bidon » de l’Ifop

J’ajoute ce petit « bonus » au lendemain de ma publication de cet article parce que ce que j’ai découvert m’a trop amusé pour que je le garde pour moi. En fouillant dans les archives de Marianne, je suis tombé sur un article intitulé : « Encore un sondage bidon pour nous faire miroiter le modèle allemand ». Vous lisez bien : « un sondage bidon ». Évidemment, comme il y avait l’expression « sondage bidon », ma curiosité a été piquée ; j’ai donc lu cet article. Et j’ai ri davantage ! Voici comment ça commence (c’est moi qui souligne) :

Comment la France peut-elle souffrir à ce point du complexe d’infériorité face à son voisin allemand ? Pas une semaine ne passe sans qu’on nous vante les mérites du modèle germanique. Et le dernier média à y avoir succombé est « le Journal du dimanche », qui, non seulement glorifie l’Allemagne, mais le fait via un sondage pour le moins bancal. C’est sans doute plus facile pour faire passer des idées que l’on n’ose pas avouer !

Juste après vient l’apothéose. C’est là que, vraiment, je n’ai plus pu me retenir de rire. L’article étant publié le 23 décembre, nous sommes donc un mois jour pour jour avant que l’Ifop ne réalise son sondage commandé par Marianne… Mais jugez plutôt ce que dit Marianne des sondages de l’Ifop (c’est moi qui souligne) :

L’information avait failli nous échapper, sans la vigilance de l’un de nos confrères, en l’occurrence un journaliste de Mediapart Michaël Hajdenberg. Il publie sur son blog ce billet intitulé « Les électeurs du Front de gauche votent Merkel. Paraît-il. » Hajdenberg revient sur cette une du JDD affirmant que « les Français votent Merkel ». Comment une telle chose est-elle possible ? Rien de plus simple, le JDD a, une fois n’est pas coutume (ironie), dégainé un bon vieux sondage des familles signé Ifop.

Bref, quand il s’agit de vendre du papier, Marianne n’hésite pas à en faire des caisses sur les « sondages exclusifs » sans interroger leur valeur. Disert sur l’Ifop et ses « sondages des familles » (Philippot ?), le journal Marianne devient tout soudain silencieux quand c’est lui qui commande les sondages à l’Ifop. Il ne faudrait pas soi-même discréditer le truc qu’on a commandé, n’est-ce pas ?

 

 

Les articles ci-dessous sont proposés par un éditeur publicitaire.

À propos de Antoine Léaument

Fondateur de la chaîne YouTube et du site « Le Bon Sens ». Responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon.

5 commentaires

  1. L’élément aussi qui me semble pertinent est qui n’est pas dans cette analyse, c’est le % de personnes ne se prononçant pas.
    Systématiquement en 32% et 43% lors des hypothèses. Moralité, ce sondage montre surtout qu’un tiers à la quasi-moitié des personnes interrogées ne font aucun choix. Dès lors que l’on sait que les électeurs de FN sont les plus mobilisés, on peut déjà voir que le score de Le Pen n’est certainement pas à 30%. Il est largement plus faible.

  2. Excellente étude ! Je pense cependant que de telles Unes de Marianne n’ont pas seulement pour but de faire vendre, mais aussi de faire voter…les uns pour le FN, et les autres, par contre-coup “utile”, pour l’un des deux autres “grands” partis, le mieux placé, PS ou UMP. Ainsi, le système électoral et représentatif est complètement paralysé, et le capitalisme financier franco-euro-US est sûr que son personnel exécutif sera au pouvoir, quel que soit le vote ou l’abstention. C’est pourquoi il est urgent de favoriser une forte mobilisation populaire pour m6r ! Honte à ceux qui traînent les pieds avec leurs arrière-pensées combinardes.

  3. 30 % !!!!!!Vous vous rendez-compte !!!!Présenté ainsi cela veut dire dans la tête des gens qui ne lisent ou écoutent les journaux et les télés politiquement corrects, que le FN est le parti le plus fort de France.
    Pour eux ce sont les 30% d’électeurs inscrits sur les listes électorales qui sont tous allés voter !!!!!
    Or ce n’est absolument pas le cas depuis quelques temps !!!!Prenons le Doubs:60 % d’absentions au 1er tour et 50% au 2ème tour. Il reste respectivement 40% de votants au 1er tour et 50% de votants au 2ème!!!
    Donc en prenant le pourcentage de 30% et que l’on calcule : le FN a30%x50% de votants = 15% de suffrages même calcul pour le 1er tour =12%!!!!

Commenter cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués par : *

*