fete de l'humanite censure

France 2 et TF1 censurent la Fête de l’Humanité

Du 11 au 13 septembre se tenait à La Courneuve la 80e édition de la Fête de l’Humanité. Un événement politique et culturel d’ampleur qui attire chaque année plus d’un demi-million de visiteurs. Pourtant, les journaux télévisés des deux grandes chaînes d’information que sont TF1 et France 2, qui attirent chaque jour plusieurs millions de téléspectateurs, ont peu ou pas parlé de cette grande fête populaire, et encore moins de son contenu politique. TF1 a fait le service minimum en invitant le secrétaire général du Parti communiste, Pierre Laurent, à un duplex de trois minutes et France 2 n’a parlé de la Fête de l’Humanité que pour chanter le refrain lancinant des « divisions de l’extrême gauche ».

Sur TF1 : service minimum

3 minutes et 37 secondes. C’est la durée de l’interview-duplex de Pierre Laurent au JT de TF1 de 13h00, le samedi 12 septembre. Ces 3 minutes et 37 secondes, c’est tout ce qu’aura fait TF1 sur les six journaux télévisés qui auraient pu couvrir la Fête de l’Humanité, soit les 13h et 20h de vendredi, samedi et dimanche. 3 minutes et 37 secondes, c’est 1,71% du temps total des 3h32 que durent l’ensemble de ces JT si on les additionne. Voilà pour la forme.

Sur le fond, ce n’est pas mieux. Les thèmes développés au cours de cette interview sont les suivants : une question sur l’élection de Jeremy Corbyn à la tête du Parti travailliste britannique, une question sur l’accueil de Yanis Varoufakis à la Fête de l’Humanité par Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent et les problèmes que cela peut poser à ce dernier compte tenu de sa ligne de « défense de Tsipras » qui n’est pas celle de Varoufakis, une question sur l’accueil des réfugiés et une question sur l’inversion de la courbe du chômage et la politique du gouvernement. Enfin, une invitation de Pierre Laurent pour Claire Chazal à venir à la Fête de l’Humanité.

De tout ceci, donc, pas un mot réel sur le contenu de la Fête de l’Humanité. Ni sur les raisons de l’accueil de Yanis Varoufakis à cette fête ; ni sur les débats qui se sont tenus à l’Agora (le lieu des grands débats de la Fête de l’Humanité) ; ni sur le débat pour un sommet du plan B en Europe auquel a participé Yanis Varoufakis aux côtés de Jean-Luc Mélenchon, Oskar Lafontaine (ancien ministre des Finances en Allemagne, co-fondateur de Die Linke) et Stefano Fassina (député italien, ancien vice-ministre de l’Economie et des Finances).

Sur France 2 : service commandé 

France 2 réussi l’exploit de faire encore pire que TF1. Au moins, la chaîne privée avait-elle accordé la parole à Pierre Laurent. Sur France 2, c’était tout le week-end service commandé du Parti socialiste ! Le seul temps accordé pour parler de la Fête de l’Humanité l’a été pour évoquer les « divisions de l’extrême gauche »

Sur le temps total, exploit de France 2 : 2 minutes et 50 secondes consacrées à la Fête de l’Humanité, soit moins que TF1 ! Le samedi 12 à 13h00, un duplex de 1 minute et 12 secondes avec une journaliste de France 2 et le samedi 12 à 20h00, un sujet de 1 minute et 38 secondes. Bilan : 1,36% des 3h28 qu’ont duré les JT du week-end si on les additionne.

Sur le fond, c’est encore pire que TF1 aussi ! Le sujet du samedi midi consiste en un duplex avec une journaliste qui parle de la gauche « divisée en multiples chapelles ». Quant au sujet du 20h00 du même jour, il s’agit d’un reportage qui parle… suspense insoutenable… de « la gauche anti-austérité divisée en de multiples chapelles ». Jean-Christophe Cambadélis n’aurait pas fait mieux s’il avait fait lui-même ce reportage, que voici :

Conclusion : le pluralisme en danger.

De la Fête de l’Humanité, qu’aura retenu un auditeur de TF1 ? Rien s’il ne s’est pas branché sur la chaîne le samedi 12 septembre à 13h00. Et s’il l’a fait, il aura retenu que Pierre Laurent est content de la victoire de Jeremy Corbyn, qu’il ne croit pas à l’inversion de la courbe du chômage et qu’il a invité Claire Chazal à venir à la Fête de l’Humanité.

De la Fête de l’Humanité, qu’aura retenu un auditeur de France 2 ? Rien s’il n’a pas regardé la chaîne le samedi 12 septembre. Et s’il l’a regardée, c’est encore pire : il aura compris que « l’extrême gauche est divisée en de multiples chapelles ». On lui a dit deux fois, à 13h00 et à 20h00, alors si ça ne lui est pas rentré dans le crâne, c’est qu’il n’est vraiment pas malin.

Pour vous abonner à mon blog, cliquez sur l'image puis indiquez votre mail dans la page qui s'ouvrira.

Pour vous abonner à mon blog, cliquez sur l’image puis indiquez votre mail dans la page qui s’ouvrira.

Au total, rien n’aura été dit sur les raisons de la présence de Yanis Varoufakis à la Fête de l’Humanité et que celle-ci procède d’une invitation de Jean-Luc Mélenchon à participer à un débat pour un sommet du plan B en Europe aux côtés d’Oskar Lafontaine et Stefano Fassina. Rien n’a été dit sur ce qu’est ce plan B, à savoir, comme l’ont expliqué Mélenchon, Varoufakis, Lafontaine, Fassina et Konstantopoulou (présidente du Parlement grec) dans une tribune : « un plan B qui montre que les pouvoirs en place ne peuvent pas nous terroriser dans la soumission »

Rien n’aura été dit non plus sur les idées déjà sur la table que contient ce plan B : « l’introduction de systèmes parallèles de paiement, les monnaies parallèles, la numérisation des transactions en euros pour contourner le manque de liquidités, les systèmes d’échange complémentaires autour d’une communauté, la sortie de l’euro et la transformation de l’euro en monnaie commune ».

Bref : les mêmes journalistes qui demandent ensuite à Jean-Luc Mélenchon « Pourquoi vous n’y arrivez pas ? » n’ont pas parlé une seule fois de fond. C’est un danger pour le pluralisme que d’imaginer que soient tues, dans le débat public, les idées développées par celui qui a regroupé sur son nom 4 millions de voix à la présidentielle en 2012. Que TF1, chaîne privée du groupe Bouygues, ait un traitement de l’information plus juste sur la Fête de l’Humanité que France 2, chaîne publique censée assurer le pluralisme, doit en outre être un motif d’inquiétude pour tous les démocrates.

Suivez-moi sur Twitter :

À propos de Antoine Léaument

Fondateur de la chaîne YouTube et du site « Le Bon Sens ». Responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon.

Commenter cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués par : *

*