jean michel aphatie faute
Capture d'écran d'un tweet de Jean-Michel Aphatie

La « faute professionnelle » de Jean-Michel Aphatie : il tronque les propos de Jean-Luc Mélenchon sur Johnny Hallyday

Certains journalistes politiques militants ne reculent devant rien, pas même la mort, dès qu’il s’agit de s’en prendre à la France insoumise et Jean-Luc Mélenchon. C’est le cas de Jean-Michel Aphatie, journaliste chez France info, qui a publié aujourd’hui le tweet suivant :

« Sur Johnny Hallyday, Jean-Luc Mélenchon a dit: “Je n’ai rien à dire”. Comment un leader politique peut-il à ce point passer à côté d’une émotion collective, sincère d’un peuple que l’on prétend incarner ? Dans son cas, on peut parler d’une faute professionnelle. »

Ce tweet, accompagné d’un « gif » d’un arbitre donnant un carton rouge à un joueur de football, est honteusement malhonnête. En effet, il s’agit de propos tronqués de Jean-Luc Mélenchon dans sa dernière Revue de la semaine, et qui changent complètement le sens de ce qu’il exprimait. Voici ce qu’il déclare réellement dans cette vidéo :

« Sur Johnny, qu’est-ce que vous voulez que je dise, moi ? Quand on fait une notice nécrologique, quand on parle de quelqu’un qui est mort, c’est soit pour dire : “Attention, les gens, c’était quelqu’un d’important, parce qu’il a écrit ceci, il a écrit cela”(…). Et c’est une manière de signaler aux gens l’importance de quelqu’un qui disparaît. Mais là, Johnny Hallyday, il n’a pas besoin de moi pour qu’on sache qu’il chantait des chansons qui ont marqué son époque, son temps, et tout ça. »

Et il ajoute ensuite les mots suivants, desquels sont extraits la citation tronquée du tweet de Jean-Michel Aphatie :

Donc moi je n’ai rien à dire sur le sujet. Et je crois qu’on en est tous là. Enfin en tout cas, moi je n’ai pas plus à dire que n’importe qui qui est en train de me regarder. Dans ceux qui me regardent, il y a ceux qui n’ont jamais écouté Johnny, ça doit exister ; il y a ceux qui ne l’aimaient pas, c’est normal parce que tout créateur, tout artiste a aussi des gens qui l’aiment pas ; et puis il y a les gens qui l’ont aimé.

Alors c’est ça qui est intéressant : ils l’aiment pour la musique, pour le personnage, pour la manière d’incarner des textes et puis ils l’aiment surtout par rapport à eux parce que celui qui a été amoureux une seule fois sur la musique de Johnny, il ne l’oublie pas plus qu’il n’oubliera son amour. En tout cas moi je comprends qu’il y ait plein de gens à qui ça fasse du chagrin. Pourtant ils ne le connaissent pas, ils ne lui ont jamais parlé, ils n’ont fait qu’écouter sa musique. Mais c’est un chagrin qu’on a sur la vie qui passe, sur la vanité des choses, sur tout ce qui dans notre propre existence personnelle a pu entrer en résonance avec les autres grâce à une musique ou une chanson.

On est donc loin, très loin de la citation tronquée de Jean-Michel Aphatie. Pourquoi ce journaliste a-t-il donc écrit cela ? Parce qu’il n’avait pas écouté la vidéo avant de tweeter ? Ou bien parce qu’il cherche ouvertement à s’en prendre à Jean-Luc Mélenchon et à la France insoumise, comme il le fait régulièrement dans ses tweets ? Dans les deux cas, on peut affirmer qu’il s’agit d’une « faute professionnelle », pour reprendre ses propos.

Voilà qui illustre de nouveau un problème fondamental du journalisme en France : face à ce genre d’abus médiatique, ni Jean-Luc Mélenchon qui en est victime, ni les citoyens qui voudraient défendre le droit à une information de qualité n’ont pour l’instant de recours. Ce cas illustre donc de nouveau la nécessité pour la France de s’équiper d’une instance qui puisse s’occuper de ce sujet. C’est justement la proposition que fait la France insoumise de créer un Conseil de déontologie du journalisme. On voit avec cette « faute professionnelle » de Jean-Michel Aphatie (d’ailleurs largement critiquée par ses pairs) combien une instance de cette nature serait utile à la bonne tenue de l’information et du débat public en France. Et surtout à l’auto-régulation de ceux qui, comme Jean-Michel Aphatie, s’adonnent pour l’instant sans aucune limite à ce genre de pratique honteuses et malhonnêtes.



À propos de Antoine Léaument

Fondateur de la chaîne YouTube et du site « Le Bon Sens ». Responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon.

15 commentaires

  1. À l’avenir, je vous serais reconnaissant de ne plus insulter les journalistes en appelant journaliste un propagateur de fake-news. Un peu de respect s’il vous plait !…

    • @Titibules Ben qu’ils commencent par faire le ménage dans leur rangs parce-qu’un type comme Apathie n’est même-plus un propagateur de fake-news mais devenu un fake tout court. Ce qui est très dommageable pour tout le monde, et pour lui en premier, car il gâche son expertise au demeurant respectable à satisfaire on ne sait quelle idéologie par des moyens pour le moins malhonnêtes.

    • Et si vous régliez vos erreurs vous même au seins de votre profession, nous n’en serions pas à ce niveau de connerie, Monsieur Titiblues. Vous avez la seule profession touchant l’intellectuel publique sans conseil déontologique.
      J’ai compris votre post et son double sens, comprenez le mien 🙂

    • ATitiblues
      Le respect se gagne
      Le respect se doit d’être mutuel.
      Apathie ne fait pas son travail; rapporter les faits, falsifie la réalité donc ne respecte ni ses auditeurs ni la déontologie qui devrait l’animer.
      Alors il peut semettre notre “respêt” à sa juste place.

    • @Titiblues Bah moi, je vous serais reconnaissant de ne plus insulter les journalistes, en appelant un propagateur de fake-news un journaliste. Un peu de respect s’il vous plaît !

  2. chédeville martine

    Bravo Antoine.Continues.Il faut les épingler à chaque fois ,lui et tous les autres

  3. Bonjour,

    Comme dab Michel Apathie, ce chien de garde du système est attentif aux propos de LFI pour les tronquer et les instrumentaliser. Ce journaliste qui n’en a que le nom est un journaliste de comptoir de bar ! Preuve ? Et bien il suffit de l’écouter au quotidien pour s’apercevoir que ses questions sont plutôt au raz des paquerettes, non pertinents et surtout orientés… de la propagande libérale avec ces collègues tout aussi minables que sont Nathalie, Patrick, Léa and so on… on ne risque pas d’avoir mal à la tête. Preuve qu’ils ne sont pas bon ? Le président lui même qui indique lui même que l’audiovisuel est la honte du service public ! Vivement le média !!!!

  4. PINGUET André

    La “curée” continue! De toute façon, quoi que J-L Mélenchon ou un autre insoumis )tel A. Corbières et bien d’autres) fassent ou disent ils auront toujours tort aux yeux de ceux qui n’admettent pas qu’on puisse proposer quelque chose de nouveau et qui se rendent compte que la “mayonnaise” commence à prendre. Leurs réactions sont très révélatrices!

  5. Des journalistes twitter, voilà ce que deviennent ces pro de l’info. Aucune recherche, pas d’analyse, une “décontextualisation” instrumentalisée, et la réaction intellectuel d’un pilier de comptoir après 3 heures d’apéro…

  6. Bon voilà, Johnny est décédé et même pas un mot sur les intermittents du spectacle ?… pas un mot sur la culture pyramidale des grosses majors qui aimeraient n’en plus payer d’impôts… les TVA sur les livres et les CD, le téléchargement libre… Enfin bon, mieux vaut-il ne rien dire que de traiter Johnny de “taulier de la chanson française” comme l’a fait M. Le Pen très tôt dans la matinée de la nuit de la mort de Johnny Hallyday… Ce qui est sûr c’est que de nombreux politiques, soit le jalousent, soit regrettent qu’il n’ait pas soutenu leur politique.

  7. L’hommage de Jean-Luc Mélenchon à Johnny est bien réel, tout en retenue, plein de respect, de pudeur et de modestie.
    Apathie et ceux qui ont, comme lui, volontairement fait passer sa déclaration pour un mépris, voire une détestation de l’artiste sont la lie du journalisme, la négation de l’information. Ils ont tout mon mépris et Jean-Luc Mélenchon tout mon respect.
    C’est à celui qui récupérera le mieux le départ de Johnny Hallyday, que c’en est indécent. Macron en tête. Avant même que d’être inhumé, l’idole doit déjà se retourner dans sa tombe de voir toute cette hypocrisie.

  8. Johnny Hallyday avec Coluche et l’abbé Pierre c’est quand même mieux que Johnny avec Giscard, Chirac ou Sarkozy… hier, dans la bouche de Mélenchon, maintenant demain avec Macron !

  9. Nicole BLANC

    Merci Antoine LÉAUMENT pour votre vigilance et l’argumentation de vos propos très précieux quand on souhaite comprendre objectivement l’information .

  10. bourgeois Hervé

    Il y a deux chose infinie dans le monde: l’univers et la bêtise humaine quoi que pour l’univers je n’en soit pas certain. EINSTEIN n’avait pas raison que pour E=mc²

Commenter cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués par : *

*