Dispositif anti-SDF - Crédits photo : DC (Wikimedia Commons CC)

Un SDF de 24 ans condamné pour avoir «volé» de la nourriture… dans la poubelle d’un supermarché

Selon les informations du JSL et de Ouest France, le tribunal de Chalon-sur-Saône a condamné ce jeudi 4 janvier 2018 un jeune SDF de 24 ans à trois mois de prison avec sursis et à 210 heures de travaux d’intérêt général pour avoir, selon son propre aveux, « volé des sandwiches et des mini-pizzas dans la poubelle, des canettes de soda et une nappe pour [se] couvrir quand il fait froid » après s’être « introduit dans la réserve du magasin [Atac de Buxy], le 28 décembre et le 1er janvier ». La première fois, il avait agi avec deux personnes âgées de 17 ans ; la seconde, il avait agi seul.

Au tribunal, le jeune homme a indiqué être SDF depuis ses 17 ans. Il a aussi déclaré qu’il avait arrêté les stupéfiants et qu’il dormait dans la rue. Pour le procureur, qui demandait trois mois de prison ferme, cet homme « a un profil inquiétant, car il a déjà été condamné pour des faits analogues. Il a été violent avec sa mère. Il n’a pas hésité à entraîner deux mineurs dans le larcin et il a déjà fait l’objet d’une contrainte pénale qu’il ne respecte pas. »



De son côté, l’avocat du jeune SDF voyait les choses différemment comme le signale sa plaidoirie, rapportée par le JSL :

« C’est inquiétant, je suis d’accord sur ce point, mais pas pour les mêmes raisons : ce qui est inquiétant, c’est de voir un homme de 24 ans, en short, livré à lui-même. Qu’est-ce qu’on fait pour lui ? Dans ce dossier, le gérant du magasin et les deux mineurs ont commis une faute morale plus grande que mon client : le premier refuse de donner les sandwiches voués à la poubelle et les seconds, qui ne sont pas dans le besoin, auraient pu lui donner de la nourriture plutôt que de profiter du maigre vol. L’état de nécessité était évident. Le mettre en prison ? Oui. Au moins, il mangera. Il aura un toit, mais derrière les barreaux. Ce n’est pas un prévenu lambda, il a un profil très particulier. Je pense qu’une mesure de travail d’intérêt général lui offrirait au moins une perspective. »

Au final, le tribunal a donc coupé la poire en deux avec une peine de prison de trois mois avec sursis et des travaux d’intérêt général conseillés par l’avocat du jeune SDF.

Voici donc un vol de sandwiches, de mini-pizzas, de sodas et d’une nappe commis dans une poubelle par un SDF les 28 décembre et 1er janvier punis… le 4 janvier, soit trois jours plus tard ! Dans notre pays, il semble malheureusement que la justice soit plus rapide pour condamner les plus nécessiteux que les riches tricheurs, voleurs et menteurs qui fraudent le fisc, fuient l’impôt et se soustraient à leur devoir de solidarité avec leurs compatriotes… « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir », disait Jean de La Fontaine il y a trois siècles. Aujourd’hui encore, comment lui donner tort ?

dons le bon sens

Cliquez sur l’image pour faire un don.

Plus d'articles

À propos de Antoine Léaument

Fondateur de la chaîne YouTube et du site « Le Bon Sens ». Responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon.

Commenter cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués par : *

*