VIDÉO – SNCF : Macron est soumis à Bruxelles !

Le mercredi 14 mars 2018, j’étais l’invité de BFM Business pour parler de la réforme de la SNCF par ordonnances voulue par Emmanuel Macron. J’ai expliqué que « l’urgence » annoncée de cette « réforme » n’était due qu’à la soumission du président de la République à la Commission européenne, qui demande que le quatrième « paquet ferroviaire » soit transcrit dans le droit français avant la fin de l’année. Ce « paquet ferroviaire » est celui qui prévoit l’ouverture à la concurrence du transport de voyageur sur les lignes régionales en 2020 puis sur les lignes nationales en 2023.



Face au libéral Jean-Marc Sylvestre, j’ai défendu le service public du rail et ai expliqué que dans tous les pays où elle avait eu lieu, la libéralisation du rail arrivait toujours au même résultat : une baisse du service rendu et une augmentation des coûts. En Angleterre, par exemple, les foyers dépensent en moyenne 14% de leurs revenus dans les transports contre 2% en France. En Allemagne, un billet de train sur une distance de 500 kilomètres coute deux fois plus cher qu’en France.

Enfin, j’ai signalé que le changement de statut de la SNCF (sa transformation en société par actions plutôt qu’en établissement public) n’avait qu’un seul objectif : préparer sa privatisation. Quand bien même le gouvernement affirme aujourd’hui le contraire. C’est en tout cas ce qu’on a pu constater avec d’autres entreprises comme GDF pour laquelle une méthode similaire avait été adoptée.

Plus d'articles

À propos de Antoine Léaument

Fondateur de la chaîne YouTube et du site « Le Bon Sens ». Responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon.

Commenter cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués par : *

*