sondage macron hollande
Crédit photo : compte Twitter @GuillaumeTC

SONDAGE – Macron plus impopulaire que Hollande. Où s’arrêtera sa chute ?

Les sondages se suivent et se ressemblent pour Emmanuel Macron : sa popularité n’en finit plus de s’effondrer. À tel point qu’il est désormais plus impopulaire que François Hollande à la même période de son mandat, selon un sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match.
Dans ce baromètre politique, la satisfaction des Français autour de l’action politique d’Emmanuel Macron dégringole de 10 points. Ils ne sont plus que 31% à l’approuver. Un effondrement qui place l’actuel président de la République au-dessous le niveau de son prédécesseur, François Hollande, le président le plus impopulaire de la Ve République. Celui-ci additionnait en effet encore 32% de satisfaits au même moment de son mandat.


Macron : l’anti-Robin des Bois

Il faut dire qu’Emmanuel Macron a enchaîné les mesures antisociales et pro-ultrariches, agissant comme un anti-Robin des Bois. Pour les uns, entre autres : la baisse des APL, la hausse de la CSG, la suppression de plus de 100 000 emplois aidés, le saccage du code du travail pour diminuer les droits des salariés. Pour les autres : la suppression de l’impôt sur la fortune, la mise en place de la « flat tax » pour diminuer l’impôt des spéculateur et la suppression de l’« exit tax » pour faciliter l’évasion fiscale.

Mais ce sont surtout les évènements de l’été et de la rentrée qui ont dû peser sur la satisfaction dans l’action du président. L’affaire Benalla, d’abord, qui a mis en avant Macron pour ce qu’il est : un petit chef de bande autoritaire qui se contrefiche de la séparation des pouvoirs ou du respect des institutions de l’État — dont il est censé être le garant. La démission de Nicolas Hulot, également, qui vient déchirer soudainement le pseudo-voile écolo que le président avait réussi à mettre sur son action avec l’entourloupe du « Make our planet great again » adressé à Donald Trump.

Macron fragilisé

Pour la première fois également, le président de la République apparaît comme fragilisé dans sa capacité à mener « ses » réformes (en réalité, ce sont surtout celles exigées par la Commission européenne). Il a été incapable de faire passer son antidémocratique réforme des institutions à cause de l’affaire Benalla (tant mieux !). Il semble incapable de mettre en place le prélèvement à la source en janvier 2019 comme il s’y était engagé (tant mieux aussi !). Il a également repoussé son projet de retraites à points (tant mieux encore !) dont Fillon lui-même disait dans la campagne présidentielle que cela servait en réalité à « diminuer le niveau des pensions ».



Bref : Macron patine. Et dérape. Comme avec cette nouvelle insulte adressée aux Français depuis l’étranger lorsqu’il a déclaré que nous serions des « Gaulois réfractaires au changement ». Peut-être ne lui est-il pas venu à l’esprit que le « changement » auquel s’opposaient les Gaulois, c’était la loi que les Romains voulaient leur imposer par la force. Une analogie cependant bien choisie puisque si l’on y regarde de près, l’action politique du centurion Macronus consiste en permanence à essayer de faire passer par la force dans la loi française les exigences de l’impératrice Merkelus.

Le compte à rebours est lancé

Mais de changement, en réalité, il n’y a point. Emmanuel Macron n’est dans le fond qu’une nouvelle version de Nicolas Sarkozy et de François Hollande. En pire, peut-être, car lui assume vraiment de mener une politique qui consiste à prendre aux pauvres pour donner aux riches, quand ses deux prédécesseurs le faisaient en essayant de donner le change. Réjouissons-nous, il finira donc comme eux : dégagé par le peuple. Et d’ailleurs, le processus a déjà commencé. Tic, tac. Tic, tac…

Cet article vous a intéressé ? Abonnez-vous à la Newsletter en cliquant ici.

Plus d'articles

À propos de Antoine Léaument

Fondateur de la chaîne YouTube et du site « Le Bon Sens ». Responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon.

Commenter cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués par : *

*