melenchon lci rtl figaro
Capture d'écran

Journalisme ou militantisme ? RTL, LCI et Le Figaro trichent et mentent face à Mélenchon

  • 7.8K
  •  
  •  
  •  
  •  

Le dimanche 16 décembre 2018, Jean-Luc Mélenchon était l’invité du « Grand Jury », une émission de RTL, LCI et Le Figaro. Au cours de cette « interview » (les mots « interrogatoire » ou « procès médiatique » seraient plus appropriés), les trois éditorialistes représentant chacun leur journal ont passé leur temps à couper la parole à Jean-Luc Mélenchon et à l’empêcher de répondre en cherchant systématiquement des petites phrases et en s’écoutant parler plus qu’en cherchant à obtenir de lui des réponses.

L’objet de leurs interventions était principalement de faire passer l’idée que le mouvement des gilets jaunes « profiterait » à Marine Le Pen plutôt qu’à Mélenchon. Le fait que les revendications des gilets jaunes sont contenues dans programme de la France insoumise (voir ici ou ici), que le mouvement politique qui soutient le plus les gilets jaunes soit la France insoumise selon un sondage ou que les enquêtes sociologiques montrent que les gilets jaunes sont peu à être de droite et d’extrême droite n’intéresse pas ces prétendus « journalistes ».



Tout y est passé, dans cette émission ! Jusqu’à la prétendue question d’un internaute (introuvable) sur les perquisitions à la France insoumise. Quand ce n’est pas le Venezuelaaaaa, c’est donc les perquisitioooooons ; voilà les insoumis avertis de la nouvelle rengaine médiatique pour s’en prendre à eux.

Un macroniste présenté comme un simple représentant de commerçants

Mais il y a eu encore pire : l’un des participants à l’émission, présenté sur le plateau comme le « président de la confédération des Commerçants de France » est en fait… un ancien candidat macroniste aux législatives ! Sur son profil Twitter, il ne fait d’ailleurs mention que de cela et même pas de son rôle de représentation des commerçants (photo ci-dessous). C’est dire ! Évidemment, l’homme posait une question pour demander s’il n’était pas temps que le mouvement s’arrête.

macron candidat

Capture d’écran, cliquez pour agrandir

Au total, on a donc assisté à une émission entièrement à charge et destinée à pourrir l’invité plutôt qu’à l’interroger sur son programme ou ses idées. De quoi, une fois de plus, questionner l’absence de Conseil de déontologie des médias dans notre pays. Face à la triche et aux mensonges répétés des éditorialistes de tous poils, il est en effet plus que temps que les citoyens puissent disposer enfin d’un outil pour avoir des médias respectueux de leur intelligence et de leur dignité. Et non pas ces parodies de propagande macroniste qu’on nous sert sur toutes les chaînes, matin, midi, et soir.

Cet article vous a intéressé ? Abonnez-vous à la Newsletter en cliquant ici.


  • 7.8K
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d'articles

À propos de Antoine Léaument

Fondateur de la chaîne YouTube et du site « Le Bon Sens ». Responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon.

20 commentaires

  1. C’est en regardant ce genre d’emissiOn que l’on comprend à quel point ces éditorialistes redoutent toute instance qui pourrait ne serait-ce que leur signifier leurs manquements à la déontologie de leur profession.

  2. Vous oubliez de dire, Mr Léaument, que Mr Mélenchon a été tout à fait à la hauteur et qu’il a largement gagné le point. Pour ma part, je l’ai trouvé particulièrement bon et pugnace et c’est ce que j’ai retenu d’abord de cette émission.

  3. jeremy weissler

    Bonjour,

    Merci pour le travail, de (dé)sinformation salutaire.
    Pour ceux qui veulent se faire une idée sur la caste médiato-industrielle je vous conseil un livre, les nouveau chien de garde, un documentaire portant le même nom également, si vous le trouvez^^

    • Projetez le film de Gilles Balbastre : « Les nouveaux chiens de garde ».

      https://www.youtube.com/watch?v=hL52vf1ynFg

    • Catherine Gaeng

      On peut aussi se faire une idée sur la caste médiato-industrielle avec le livre « Lynchage médiatique et abus de pouvoir: Chronique de l’affaire Lunghi/RTL/Bettel » (épuisé en version papier, mais disponible en version électronique sur Amazon).
      Ça se passe au Luxembourg où RTL Télévision s’est laissé aller à fabriquer un reportage, non seulement à charge, mais truqué, à l’encontre du directeur général du musée d’art contemporain (Mudam). Le très brouillon Premier ministre du Grand-Duché, Xavier Bettel, a oublié de réfléchir et s’est empressé de rameuter les médias pour condamner, publiquement et officiellement, le directeur en question. Il a eu l’air fin lorsque les réactions indignées du monde de la culture, national et international, ont obligé la chaîne à diffuser l’enregistrement complet de l’entretien et que tout un chacun a pu apprécier l’ampleur de la manipulation.
      Résultat : blâme adressé à RTL Télévision par l’Autorité luxembourgeoise indépendante de l’audiovisuel (ALIA) puis par le Conseil de presse, enquête interne lancée par RTL Group, convocation du Premier ministre devant la chambre des députés, démission du directeur général de la chaine télévisée et démission du rédacteur en chef et plainte pour diffamation du directeur général du musée (instruction en cours).

  4. le pouvoir s’est emparé des médias pour diviser les français, Mélenchon leur fait peur car c’est le seul qui avait un programme cohérent lors des présidentielles. La télé, je ne nommerai personne mais je me souviens, est payée par tous mais au bénéfice de quelques uns, mais certaines radios deviennent aussi « au service de qui vous savez »….c’est très inquiétant, 1er pas vers une dictature:la dictature de l’argent, dont notre président est le reflet.

  5. March Christian

    Excellent article ! Il serait temps, enfin, qu’une nouvelle éthique soit exigée des médias et qu’une instance, similaire au Conseil de l’Ordre des médecins ou celui des avocats…, puisse être mise en place. Cela dit, que fait le CSA, n’est ce pas aussi son rôle ? Je ne sais pas, je pose juste la question.
    J’ai trouvé scandaleux le traitement des évènements « gilets jaunes » par certaines chaines infos en continu, à l’évidence pro macron. Merci à vous de soulever ce problème !

  6. Ca c’est le comble, tous les médias, ceux de droite compris, se sont déchainés depuis un mois contre Macron, et voici que, apeurés par les dérives des gilets jaunes, ils font machine arrières en soulignant les risques que comporte le mouvement pour l’économie. Il est un peu tard.

  7. nicole vidallet

    quand on veut partager avec facebook voilà ce qui apparait aujourd’hui : Application non configurée: Cette application est actuellement en cours de développement, et vous ne pouvez pas y accéder. Utilisez un compte autorisé d’utilisateur test ou adressez-vous à un administrateur d’application pour obtenir un droit d’accès.

  8. Quel que soit les arguments que vous développez et que je peux comprendre ou partager parfois il faut arrêter de se plaindre. Tout le monde sait que ces émissions peuvent être des traquenards pour les gens qui proposent des solutions alternatives au néolibéralisme. Sur le fond JL Mélenchon a été parfait, je dois vous avouer que sur la forme, surtout à l’écoute de la radio hier en voiture et moins en revoyant l’émission avec l’image ce matin, JL Mélenchon donne l’impression de retomber dans tous ces vieux démons d' »énervement » permanent heureusement mis de coté pendant la présidentielle. Puissiez vous, et lui aussi le comprendre et en tirer des évolutions de comportement: du calme en toute circonstance, du mépris froid devant des questions malveillantes ou stupides. En toute circonstance prendre de la hauteur par rapport à l’imbécillité ou la perversité des interlocuteurs. C’est le guerre celui qui garde c’est celui qui garde son sang froid !!! Comprenez bien que ce que je dis c en’est pas pour moi qui partage votre combat mais pour tous ceux qu’il faut convaincre… et je le vois dans ma propre famille ce qui est le frein ce n’est pas le programme, les idées, c’est l’homme Mélenchon que j’apprécie par dessus tout et qu’eux craignent y compris à imaginer en futur dictateur!!!

    • C’est vrai que tout ce que subit JL MELENCHON de la part des médias est insupportable. Mais cela fait maintenant + de 10 ans que ça dure! Aussi insupportable que cela soit et je mesure bien tout cela, sans changement de sa part sur la forme il finira comme Moïse. Ce ne sera pas lui qui conduira le peuple de gauche à l’Elysée après l’avoir vu en songe!
      C’est bien dommage qu’avec un programme comme L AEC, la culture de JLM et ses talents tribuniciens j’ai des doutes sur nos chances de succès, tout cela pour tomber aussi facilement et à chaque fois dans le pîège des médiacrates stipendiés.
      Tactiques et stratégie médiatiques sont peut être à revoir vis à vis des télés et radios. Il faudrait qu’il ait le même calme que celui qu’il déploie dans les revues de la semaine même si c’est face à des adversaires, voire des ennemis.

  9. le pire, c’est qu’à un moment, JLM a dit une chose intéressante à propos des gilets jaunes, de mémoire : « ces gens ne votent pas »
    C’est passé totalement inaperçu dans le flot des interruptions incessantes, et puis je les comprends ces trois éditorialistes, c’est bien plus important de se demander si Mélenchon est paranoïaque ou s’il n’y a pas moyen d’enfoncer un coin entre Ruffin et lui que de savoir pourquoi tant de gens sont prêts à se les geler pendant des semaines sur des rond-points ou à aller se faire casser la gueule sur les Champs-Elysées, mais n’iront pas voter aux prochaines élections.

  10. Comment éviter les mensonges et les manipulations des journalistes militants ? Faut-il continuer de répondre aux sollicitations de cette presse macroniste ? Pour ma part, je crois qu’il faut se tenir à distance de ces écueils ou, obligatoirement, mettre les rieurs de son côté en oubliant, un temps soit peu, de tenir la tranchée pour se vautrer avec délectation dans ses positions dogmatiques. Pratiquer, en quelque sorte, les parades des jodokas, en profitant des attaques de l’adversaire pour le contrer et le retourner.

  11. J’ai été journaliste en France de 1982 à 2000, et j’ai vécu de l’intérieur la lente déliquescence de la profession, son abandon de tout principe déontologique au nom de l’économie. L’érosion du lectorat, qui s’est accélérée dès le milieu des années 90, a poussé les éditeurs à faire du sensationnel plutôt que de l’information sérieuse.
    En province, les journalistes de terrain, mal payés et précarisés, s’épuisent à essayer de faire leur métier en conscience, tandis qu’à Paris, les vedettes du système médiatique piétinent tous leurs principes pour faire de l’audience. L’effet sur le public est catastrophique, puisque celui-ci ne fait aucune différence entre reporters honnêtes et enfumeurs professionnels. D’un côté, on s’autocensure pour éviter les ennuis; de l’autre, on dit n’importe quoi pourvu que ça fasse monter l’Audimat.
    Le recrutement est un autre problème. Il y a 30 ans et plus, 1 journaliste sur 2 n’avait pas fait de grande école. Il venait de la «société civile» comme on dit, ce qui apportait un vent de diversité et de pluralisme dans les contenus et une plus grande proximité avec les citoyens, qui s’appropriaient leur journal. Puis le poids des écoles de journalisme – privées pour la plupart – s’est fait sentir, devenant la seule voie d’accès au métier de journaliste. On voit le résultat: des journalistes issus des mêmes classes sociales supérieures, une pensée formatée, un fort sentiment d’appartenance à une caste privilégiée, des techniques d’entrevue agressives importées des États-Unis (comme les méthodes policières, d’ailleurs!), des postures de procureurs et/ou de militants du libéralisme, et un abandon quasi généralisé des principes déontologiques, qui ne rapportent pas d’argent.
    Au Québec, où je vis désormais, travaillant dans les médias mais plus comme journaliste (les Français y ont très mauvaise réputation, voir pourquoi plus haut), la situation est nettement plus saine, sans être idéale. Notons quand même qu’au classement de la liberté de la presse de RSF, le Canada est 20e et a France, 33e ! Au Québec donc, il existe un Conseil de presse, chargé de surveiller l’aspect déontologique du travail des médias. Il est paritaire, composé de citoyens et de journalistes, et doit se prononcer sur des plaintes déposées par des lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs sur des manquements déontologiques. Certes, ce n’est pas un tribunal pénal et la plupart des plaintes sont rejetées, mais les médias jouent le jeu et évitent le plus possible de faire l’objet d’une plainte qui, si elle est retenue, les obligera à en faire état publiquement. Bien que la quasi totalité des médias soient politiquement à droite, l’information y est séparée du commentaire, et on s’y efforce de donner des points de vue pluralistes. Les traquenards comme ceux dont sont systématiquement victimes les élus Insoumis sont impensables, preuve que le Conseil de presse influe sur le comportement des médias.
    Quelle que soit l’issue de cette crise institutionnelle, une grande remise à plat des valeurs journalistiques est indispensable au rétablissement de la confiance entre les Français et leur presse.

  12. Le Conseil de presse du Québec, un modèle dont nous pourrions nous inspirer : https://conseildepresse.qc.ca/

  13. Catherine Gaeng

    « Au total, on a donc assisté à une émission entièrement à charge et destinée à pourrir l’invité plutôt qu’à l’interroger sur son programme ou ses idées. »
    Au Luxembourg, c’est RTL Télévision qui s’est laissé aller à fabriquer un reportage, non seulement à charge, mais truqué, à l’encontre du directeur général du musée d’art contemporain (Mudam). Le très brouillon Premier ministre du Grand-Duché, Xavier Bettel, a oublié de réfléchir et s’est empressé de rameuter les médias pour condamner, publiquement et officiellement, le directeur en question. Il a eu l’air fin lorsque les réactions indignées du monde de la culture, national et international, ont obligé la chaîne à diffuser l’enregistrement complet de l’entretien et que tout un chacun a pu apprécier l’ampleur de la manipulation.
    Résultat : blâme adressé à RTL Télévision par l’Autorité luxembourgeoise indépendante de l’audiovisuel (ALIA) puis par le Conseil de presse, enquête interne lancée par RTL Group, convocation du Premier ministre devant la chambre des députés, démission du directeur général de la chaine télévisée et démission du rédacteur en chef et plainte pour diffamation du directeur général du musée (instruction en cours).
    Le livre qui raconte tout cela («Lynchage médiatique et abus de pouvoir: Chronique de l’affaire « Lunghi/RTL/Bettel » » ), est épuisé en version papier, mais disponible en version électronique sur Amazon.

  14. J’ai lu cet article avec attention avant de me rendre compte qu’il avait été écrit par Melenchon. Pas étonnant du coup que ce ne soit qu’un tissu de plaintes et de calomnies.

  15. Gerard LUBRANO

    Bonjour,
    Ce matin sur LCI A. QUATENNENS a eu du mal a repondre sur l’eventuel retablissement de la peine de mort par RIC. On va nous la re-servir a chaque fois celle-la !

    Le plus simple, a mon avis, serait de proposer un RIC a majorite qualifiee pour modifier la constitution. Par exemple 2/3 des inscrits votant pour.

    Bon courage et bonnes fetes de fin d’annee

  16. Tous les matins, M Thomas Legrand, au cours de son éditorial politique dans la matinale de France Inter, s’en prend systématiquement et méchamment à Jean-Luc Mélenchon, alors même qu’on ne donne plus guère le micro aux représentants de LFI.
    On a l’impression d’une curée des journalistes contre un seul homme, tendant à l’assimiler à l’extrême droite. Qui commande cette curée?
    Pourtant il suffirait d’un peu d’honnêteté et de prendre le temps de lire ce qu’écrit vraiment JLM pour constater que si Marine Le Pen puise dans les thèmes sociaux mis en avant par JLM pour ses discours, et la confusion est voulue par elle, grande démagogue, mais c’est bien lui qui défend depuis toujours la justice sociale, et un programme d’alternative contre la droite et l’extrême droite économiquement « ultra libérales ».

Commenter cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués par : *

*