macron gilet jaune
Crédits photo : Austrazil

Macron ose déclarer qu’il pourrait être un gilet jaune

  • 2.9K
  •  
  •  
  •  
  •  

Jusqu’où ira Emmanuel Macron dans l’indécence ? Difficile à dire. En tout cas, il ne se passe presque pas une semaine sans que les « petites phrases » du président de la République ne viennent mettre de l’huile sur le feu de la contestation. Dernier épisode en date ce 31 janvier où il recevait à l’Élysée quelques journalistes pour un entretien privé. Selon Le Parisien, Emmanuel Macron aurait déclaré à cette occasion : « Si être gilet jaune, c’est vouloir moins de parlementaires et que le travail paie mieux, moi aussi je suis gilet jaune ! »

Le président de la République essaie ainsi de faire oublier que le premier mot d’ordre des gilets jaunes est « Macron démission ! ». Car si le travail ne paie pas assez, c’est d’abord parce qu’il refuse de céder à une des demandes principales des gilets jaunes : l’augmentation du SMIC et des salaires en général. Et si des coupes drastiques sont effectuées dans les services publics, c’est parce qu’il donne des milliards aux plus riches sans aucune contrepartie : suppression de l’ISF, flat tax pour les spéculateurs boursiers, CICE, absence de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale. Pour les riches, l’argent coule à flot ; pour les autres il faut se serrer la ceinture.



Concernant la baisse du nombre de parlementaires, Macron feint de faire croire qu’il s’agit d’une demande des gilets jaunes. C’est faux. On ne retrouve nulle part cette demande dans le document programmatique des gilets jaunes. Cette lubie est celle que lui essaie d’imposer dans le cadre de sa réforme constitutionnelle destinées à diminuer encore les pouvoirs des parlementaires face à son pouvoir de monarque présidentiel qu’il veut rendre absolu. Ce que demandent les gilets jaunes, par contre, c’est le référendum d’initiative citoyenne (le RIC). Mais cela, on sait déjà que Macron n’en fera rien puisque son Premier ministre Édouard Philippe a déclaré : « Le RIC ? Ça me hérisse ».

« Jojo avec un gilet jaune a le même statut qu’un ministre ou un député »

Mais dans ce même entretien avec les journalistes, Emmanuel Macron va encore plus loin ! Il ose se plaindre du fait que les médias donnent la parole à des représentants des gilets jaunes à égalité avec des ministres ou des députés. Toujours selon le Huffington Post, il aurait notamment déclaré que sur les plateaux télé, « Jojo avec un gilet jaune a le même statut qu’un ministre ou un député ». Il oublie sans doute que les députés et les ministres n’appartiennent pas à une caste spécifique et qu’ils sont censés être les représentants du peuple. Or qu’est-ce qu’un représentant du peuple qui n’en ferait plus partie au point de ne plus pouvoir débattre à égalité avec un citoyen engagé ? Monsieur Macron croit-il que les belles personnes devraient débattre entre elles et jamais avec des gens qui, n’ayant pas de mandat, portent les revendications du peuple qui lutte en gilet jaune ?



Ironie du sort, toujours dans cet entretien décidément cocasse avec les journalistes, le président de la République aurait aussi dit qu’il allait surveiller ses fameuses « petites phrases » méprisantes contre le peuple. Mais attention, loin de lui l’idée de changer d’avis sur le fond ! Il précise : « dans le système où nous vivons, cette franchise n’est peut-être plus possible ». Comprenez : je pense ce que je dis mais je vais juste arrêter de le dire. Enfin… s’il y arrive ! Car pour l’instant, c’est mal parti. Et chaque fois que Macron ouvre la bouche, il donne de nouvelles raisons d’aller manifester le samedi en gilet jaune.

Cet article vous a intéressé ? Abonnez-vous à la Newsletter en cliquant ici.


  • 2.9K
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d'articles

À propos de Antoine Léaument

Fondateur de la chaîne YouTube et du site « Le Bon Sens ». Responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon.

Un commentaire

Commenter cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués par : *

*