VIDÉO – Gilets jaunes : Macron ne répond pas aux attentes

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 19 avril 2019, j’étais l’invité de BFM pour parler du mouvement des Gilets Jaunes et des annonces de Macron ayant fuité dans la presse.

Concernant les violences attendues lors de l’acte 23 de la mobilisation des Gilets Jaunes, j’ai expliqué que cela faisait plusieurs semaines que les médias essayaient de faire passer le mouvement pour violent alors qu’il ne l’est pas. J’ai aussi dit que le vrai violent était monsieur Castaner avec les plus de 2000 blessés parmi les Gilets Jaunes.

À propos des annonces de Macron ayant fuité dans la presse, j’ai expliqué qu’elles ne répondaient pas aux attentes et qu’elles allaient provoquer de la colère. J’ai dit qu’il fallait que les riches partagent, que l’ISF soit rétabli et que les salaires soient augmentés avec les petites pensions de retraite.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d'articles

À propos de Antoine Léaument

Fondateur de la chaîne YouTube et du site « Le Bon Sens ». Responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon.

5 commentaires

  1. Sans le peuple, l’entreprise ne vaudrait pas un iota, que ce soit du coté de la production que de celui de la consommation courante. Sans le peuple, point d’aisance ! Ça ne mange pas de pain de le rappeler.

  2. Demandez vous pourquoi chaque matin, vous allez travailler pour la propriété lucrative privé (les patrons) de production des biens et des services ?

    Interrogez vous sur les cotisations sociales et soi-disant patronales qui sont prélevées sur la richesse collective produite uniquement par le travail ?

    Demandez vous sur quoi se payent les investisseurs privés, les patrons, les prêteurs (le crédit) ?

    Demandez vous comment on peut être propriétaire d’une fortune de 76 milliards d’euros ?

    A toutes ces questions quelques pistes :

    ROUSSEAU : la propriété privée basée sur le travail social, c’est du vol institutionnalisé !

    Les dividendes, produits financiers etc… sont prélevés sur la richesse collective créée par le travail !

    Les cotisations patronales n’existent pas, c’est un abus de langage puisque c’est du salaire différé payé par la richesse collective créée !

    La solution à tous ces maux ?
    Socialiser entièrement la richesse collective créée par le travail par une extension considérable de la cotisation
    Créer des caisses de salaire
    Créer des caisses d’investissement uniquement publiques
    Rendre propriétaire toutes les collectivités territoriales et nationales des moyens de production de biens et de services
    Rendre tous les salariés propriétaires des critères de gestion

    Conclusion : nous n’avons pas besoin d’employeurs de patrons d’investisseurs privés de crédit etc…
    Le privé : DEHORS !!!!

    Lisez le dernier livre de Bernard FRIOT qui traite ce sujet : VAINCRE MACRON

  3. Eh oui ! Avec cette nouvelle mode de prélèvement sur toutes les productions d‘argent populaire À LA SOURCE, selon l’expression consacrée, comme pour les cotisations « patronales » que les patrons ne produisent pas, ils finiront quand même par croire et nous faire croire que ce sont eux qui payent les impôts ou le resto de tout le monde puisque c‘est écrit sur les feuilles de paies.
    C’est ça la transparence capitaliste ! Faire disparaître la réalité des faits en trois D par la transcription sur le papier en deux D. C‘est magique ! .Les écritures comptables ne mentent jamais n’est pas !!!
    Assécher les sources de revenus publiques en vendant les entreprises au privé qui s’en réserve les profits, c’est créer du manque à gagner en énergie monétaire publique, alors que tout, partout est produit du peuple ! Peut être faudrait-il déposer un dossier devant la commission d’arbitrage européenne ?
    Plus d‘écoles publiques, plus d‘hôpitaux publics, plus de postes publiques, plus de transports publics, plus de logements sociaux …plus de lois publiques, plus d’état au final, c’est quoi l’idée ? C’est qui l’ennemi du peuple ? C’est le CAPITALISME PRIVÉ qui serpente partEh oui ! Avec cette nouvelle mode de prélèvement sur toutes les productions d‘argent populaire À LA SOURCE, selon l’expression consacrée, comme pour les cotisations « patronales » que les patrons ne produisent pas, ils finiront quand même par croire et nous faire croire que ce sont eux qui payent les impôts ou le resto de tout le monde puisque c‘est écrit sur les feuilles de paies.
    C’est ça la transparence capitaliste ! Faire disparaître la réalité des faits en trois D par la transcription sur le papier en deux D. C‘est magique ! .Les écritures comptables ne mentent jamais n’est pas !!!
    Assécher les sources de revenus publiques en vendant les entreprises au privé qui s’en réserve les profits, c’est créer du manque à gagner en énergie monétaire publique, alors que tout, partout est produit du peuple ! Peut être faudrait-il déposer un dossier devant la commission d’arbitrage européenne ?
    Plus d‘écoles publiques, plus d‘hôpitaux publics, plus de postes publiques, plus de transports publics, plus de logements sociaux …plus de lois publiques, plus d’état au final, c’est quoi l’idée ? C’est qui l’ennemi du peuple ? C’est le CAPITALISME PRIVÉ qui serpente partout, en toute transparence !

  4. Désolée, j’ai un peu cafouillé, c’est la faute d’internet, décidément ça ne me convient pas de m’adresser aux humains par écran interposé

  5. Je me demande bien pourquoi seules les petites retraites devraient suivre l’inflation !!! En suivant ce raisonnement les moyennes retraites deviendront assez rapidement aussi des petites retraites. Ne pas oublier que pendant 40 ans ceux qui ont des retraites au delà des 2000 € par mois ont cotisé pour que leurs anciens touchent une retraite décente et cotisés en proportion de leur salaire alors même qu’eux ne seront plus du tout « servis » de la même façon. Il n’y a aucune logique à cette approche. La solution c’est la réduction du chômage par les investissements productifs pour la transition écologique par exemple ou des relocalisations de toutes sortes d’industries.

Commenter cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués par : *

*