VIDÉO – Article 49.3 : Le discours magistral de Mélenchon qui explose la macronie

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce 3 mars 2020, l’Assemblée nationale débattait de la motion de censure des députés insoumis, communistes et socialistes contre le gouvernement après l’utilisation de l’article 49.3 de la Constitution par le gouvernement pour faire passer en force le projet de réforme des retraites voulu par Emmanuel Macron. À cette occasion, Jean-Luc Mélenchon a prononcé un discours magistral qui fera date dans les annales du Palais Bourbon.

Macron au service de BlackRock

Le président du groupe « La France insoumise » à l’Assemblé nationale a ainsi expliqué que le projet de réforme des retraites avait pour finalité de mener à la retraite par capitalisation, servant ainsi les intérêts financiers du fonds de pension américain BlackRock au détriment du peuple français. Il a ainsi lancé au gouvernement : « La finance fait déjà son marché librement en France et vous êtes ses commis. (…) Et ce soir, en refusant de rejeter ce texte, vous allez offrir à la finance le marché de 312 milliards d’euros de la retraite des Français. ».



Jean-Luc Mélenchon a surtout dénoncé l’autoritarisme de la macronie pour parvenir à cette fin : «Pour y parvenir, vous avez mobilisé les pires ressorts de la monarchie constitutionnelle. “La dictature, a dit Emmanuel Macron, c’est quand un clan ou une personne décide des lois”. Aujourd’hui, on a le sentiment que vous testez vos talents dans ce domaine. Car décidément, vous êtes prêt à tout, et sans vergogne.»

«L’obstruction parlementaire, c’est vous, les macronistes !»

Le chef de file des insoumis a dénoncé une à une toutes les turpitudes des macronistes, détaillant point par point les franchissements de seuils antidémocratiques qui ont été faits au cours des dernières semaines par le régime :

«D’abord, le choix de la procédure accélérée. Une étude d’impact dont vous brandissiez les milles pages dont nous aurions à être régalés en 4 jours. 1 000 pages pipeautées. 29 ordonnances inconnues dans le texte. Et comment oublier au bout de deux jours la réduction de moitié du temps de parole de l’opposition dans la commission spéciale ? Et le rejet préalable de tous les amendements propositionnels des insoumis fondés sur le contre-projet de retraites que nous avons présenté 10 jours avant l’ouverture des débats ici. Enfin, une tentative pour annuler plus de 1000 amendements du groupe communiste.



L’obstruction parlementaire, c’est vous, les marcheurs : vos odieuses méthodes, vos provocations, vos grossiertés, votre acharnement contre nous, vos ragots, quand vous avez décidé de faire croire que nous avions déposés plus de 700 000 sous-amendements, et vos répondeurs automatiques dans les médias qui l’ont répété sans se donner 30 secondes pour aller vérifier si c’était vrai ou pas. Et à présent, le 49.3. Et quel 49.3 ! Décidé sournoisement, au déboté, entre deux coronavirus examinés en Conseil des ministres. Comment osez-vous parler de la défense de la dignité du Parlement ?»

«L’objectif reste le retrait de votre réforme»

Jean-Luc Mélenchon a conclu son intervention en expliquant que, quoi qu’il arrive, la lutte contre la réforme des retraites de Macron ne s’arrêterait pas avec le 49.3. Il a ainsi conclu son intervention par ces mots :

«L’objectif reste le retrait de votre réforme et nous allons y arriver. Ça prendra le temps qu’il faut, mais nous allons y arriver. Je vais vous dire, en toute hypothèse (…) et quoi qu’il arrive, si jamais nous venions à trébucher – ce qui ne se produira pas, croyez moi – alors, dès 2022, nous annulerons tout ce que vous avez fait !».

Un message d’espoir pour continuer la lutte contre ce projet de réforme des retraites. Aujourd’hui, bien sûr. Et après, s’il le faut, en utilisant le bulletin de vote coup de balai pour dégager pour de bon Macron, ses députés et son monde du fric qui nous révulse tous.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d'articles

À propos de Antoine Léaument

Fondateur de la chaîne YouTube et du site « Le Bon Sens ». Responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon.

Commenter cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués par : *

*