Le mercredi 2 mars, j’étais l’invité de CNews pour un débat de debrifing de l’émission «Élysée 2022 : Demandez le programme» dont Éric Zemmour était l’invité. 

J’ai souligné le fait qu’Éric Zemmour n’avait rien dit sur l’écologie en près de 2h d’émission. J’ai aussi expliqué que sa mesure visant à augmenter les salaires nets reviendrait à détruire la Sécurité sociale. 

Concernant ce qu’avait dit Éric Zemmour sur l’Ukraine, j’ai montré qu’il avait changé d’avis sur Poutine. J’ai aussi dit que sa formule parlant d’un « patriotisme d’agression » était une méconnaissance du sens du mot « patriotisme » dont j’ai rappelé l’origine. J’ai défendu l’identité républicaine de la patrie des Français face à la vision rabougrie de la France que porte Éric Zemmour. 

J’ai ensuite parlé de l’intervention d’Emmanuel Macron. J’ai souligné le fait qu’il ne considérait pas les Russes comme des ennemis et j’ai rappelé que Jean-Luc Mélenchon avait tenu les mêmes propos la veille en se faisant pourtant huer par les macronistes. J’ai aussi pointé le risque d’un élargissement du conflit alors que plusieurs pays frontaliers de l’Ukraine et de la Russie sont membres de l’OTAN. 

J’ai aussi critiqué l’intervention d’Emmanuel Macron sur le manque d’initiative diplomatique forte du président de la République. J’ai rappelé la proposition de Jean-Luc Mélenchon d’engager une discussion sur la sécurité en Europe dans le cadre de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) qui regroupe notamment la Russie, l’Ukraine et les États-Unis d’Amérique. J’ai par ailleurs rappelé que Jean-Luc Mélenchon proposait depuis des années qu’ait lieu une conférence des frontières en Europe. 

Enfin, j’ai défendu la souveraineté nationale, en particulier en matière de production. J’ai expliqué que pour que la souveraineté ait du sens, il fallait qu’à une capacité de décision électorale correspondre une capacité matérielle d’application des décisions. J’ai démonté l’idée que la souveraineté européenne puisse avoir du sens compte tenu qu’à l’Union européenne ne correspondait pas une capacité électorale de prise de décision populaire. J’ai aussi rappelé que l’Allemagne ne respecte pas les règles de l’Union européenne en matière d’excédents commerciaux. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *